/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

Expulsions: l'ambassadeur de Guinée convoqué par les Affaires étrangères

Les Affaires étrangères ont convoqué et entendu l'ambassadeur de Guinée sur le refus de Conakry d'autoriser l'atterrissage d'un avion rapatriant 27 demandeurs d'asile déboutés en Belgique, indique mercredi De Morgen.

Le diplomate aurait fait état de "divergences de vues en interne" pour expliquer ce refus, selon le quotidien. En février dernier, la Secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Maggie De Block s'était rendue en Guinée, où elle avait reçu l'assurance personnelle du président Alpha Condé que de tels rapatriements collectifs ne poseraient pas de problème. Ses services avaient cependant été avertis sans autre forme de justification qu'un avion militaire prévu lundi dernier pour rapatrier 27 Guinéens déboutés de leur demande d'asile en Belgique ne recevrait pas l'autorisation d'atterrir à Conakry.

Les demandeurs d'asile sont donc toujours détenus au centre fermé 127 bis de Steenokkerzeel. Mme De Block (Open Vld), Secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration, a assuré que le refus guinéen ne remettait pas en cause la politique de rapatriements par vols collectifs. Mais "si les accords passés ne sont pas respectés, nous envisagerons des mesures", a-t-elle ajouté sur la VRT. La politique des visas pour le pays d'Afrique de l'Ouest risque ainsi d'être revue, selon De Morgen.

Pas de rapatriements, pas de visa

Maggie De Block a démenti mercredi tout accord avec le gouvernement guinéen concernant les rapatriements collectifs, tel qu'allégué par l'association CRER.

"Je ne sais pas d'où ils sortent ça", a commenté sa porte-parole Els Cleemput.

Le seul accord entre les deux pays remonte à 2008 et règle les retours individuels et collectifs. Aucune discussion n'est actuellement en cours entre les deux pays, a-t-elle ajouté.

Après avoir entendu les explications de l'ambassadeur de Guinée en Belgique, la Belgique entend laisser le temps à Conakry de résoudre ses divergences de vues en interne. Les rapatriements individuels par vols de ligne se poursuivent en attendant, mais le chiffre de quatre expulsés par vol, tel qu'avancé par la CRER, ne correspond pas à la réalité, selon Mme Cleemput.

Mme De Block espère pouvoir reprendre les rapatriements collectifs "dans un futur très proche", sans quoi elle envisage des limitations concernant les visas, a confirmé sa porte-parole.

Commenter cet article