/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par Benn Pepito.

Gobykhamé, une grande godiche !

fakoudou ! C’est super ennuyant de perdre son temps à regarder la télébidon guinéenne. Impossible d’échapper aux dires ampoulés et stupides de Goby Condé, le chauffard de la teuf-teuf à trois roues et demi de Sékoutoureya à Cona-crimes. C’est vrai que ça détend parfois d’écouter les enfantillages politiques de Goby Condé. Mais dès fois ses conneries nous transportent carrément dans une méchante colère.

En prélude à la prochaine présidentielle guinéenne, le chef de bandits de Sékoutoureya ment et tente comme toujours de manipuler les petits esprits. Le margoulin dédouane le défunt dictateur Lansana Conté par rapport à la gestion calamiteuse du pays. Gobykhamé, les yeux cachés derrière ses verres teintés, dit avoir eu pitié de son prédécesseur au trône. Il défend que ce dernier a surtout été victime de son entourage : « Parce qu’il s’est rendu compte dans quel trou on a plongé le pays, sa maladie s’est aggravée. » Pouah ! quel hypocrite ! Quel menteur ! Quel manipulateur ! Goby Condé a les couilles de sortir de sa propre bouche cette énormité. Mais… mais… Mborré ! Afakoudou ! Gobykhamé sous-estime ton intelligence politique. Sinon comment peut-il sortir cette sornette de sa propre bouche. Pour un Goby Condé qu’on connaît jusque dans son quoi ? En fait ! A quel moment précis Gobykhamé a éprouvé un tel sentiment de pitié à l’égard de Lansana Conté ? C’est fondamental de savoir la date. Est-ce avant ou après le matin du 19 janvier 2005 ? Arrêtez de gigoter comme ça ! Vous ne pouvez pas répondre à sa place. C’est lui seul, Goby Condé, qui saura répondre avec précision à cette question. Entrons dans l’esprit manipulateur de Goby Condé et ne parlons pas de la léthargie du pays allant de 1958 à la mort du tyrannosaure guinéen, Amadou Sékou Boucher.

Mborré ! Demande à Gobykhamé si son « on » englobe les Ibrahima Kassory Fofana, Ousmane Kaba, Cellou Dalein Diallo, Facinet Fofana, Aboubacar Somparé, feu Aldiana Fodé, Ibrahima Chérif Bah, Mamadou Cellou Diallo, Louncény Fall, Jean Paul Sarr, Moussa Solano, Naby Youssouf Kiridi Bangoura, Sékou Kouréissy Condé, Moussa Sampil, Sidya Touré, François Louncény Fall, Hadja Coumba Diakhité, Cheick Amadou Camara, Hadja Saran Daraba Kaba, Hadja Mariama Aribot, capitaine Manou Cissé, l’homme d’affaire Mamadou Sylla, Ahmed Tidiane Souaré, Diahannama Kouyaté, Lamine Sidimé, Soriba Sorel Camara, Mbemba Bangoura, le commerçant Alseyni Barry, les quatre anciennes épouses du dictateur qui sont Henriette Bangoura, Kadiatou Seth Camara, Mamadie Touré et Asmaou Baldé. Est-ce qu’ils sont les seuls truands et magouilleurs qui ont couillonné Lansana Conté au point que celui-ci ait perdu la boule jusqu’en crever dans son lit de malade ? Goby n’a peut-être pas besoin de fournir toutes les preuves pour appuyer son accusation. En effet nous voyons tous dans quel « trou » vertigineux a été précipité le bled. Et Gobykhamé, qui ambitionne de garder le trône contre vents et marées, le voit aujourd’hui mieux que nous tous. Parce qu’il est le suprême, le professeur, celui qui connaît plus que les autres et dispense le savoir. C’est pourquoi le professeur Goby Condé zozote tout le temps en parabole et si toi, tu n’es pas assez zinzin, assez taré, tu ne pigeras rien avec lui. Tu bayeras aux corneilles en classe sans rien retenir de ce qu’il cancane. Réécoutons sa parabole du 11 juillet passé zozotant justement sur le délabrement de la Guinée : « C’est comme un aigle, lorsque l’aigle a ses ailes attachées, il ne peut pas voler. Lorsque ses ailes sont détachées, il peut aller plus haut. Il arrive qu’un aigle vole plus bas qu’une poule, mais jamais une poule ne volera aussi haut que l’aigle. La Guinée est l’aigle qui volait plus bas qu’une poule, mais désormais elle volera plus haut parce que ses ailes sont détachées. » Ah ! Ah ! Ah ! Applaudissez, à rompre vos poignets, l’ex fesseur à Place d’Italie à Paris.

Ah, oui ! Goby Condé est fort. Il est même trop fort. Ah, vous aussi ! Vous ne gobez pas le sens de ce propos de Goby Condé qui est en train de damer le pion à Diahannama Kouyaté dans la parlote animalière ? On va vous aider à comprendre un peu le maharadjah de Sékoutoureya : une poule est une volaille qui n’est pas faite pour planer dans le ciel, l’aigle est un oiseau de proie. Un aigle en captivité ne peut pas voler. L’on n’a pas besoin de faire l’esprit avec vous pour vous amener à comprendre ça. Bon ! Si « la Guinée est l’aigle qui volait plus bas qu’une poule » c’était par la faute de cette racaille qui lui avait cordé les ailes. Maintenant que Goby est aux commandes depuis seulement quatre ans, la Guinée planera très, très haut dans le ciel en tout cas plus haut qu’une poule qui vole à ras-de-terre. Parce que, berce Gobykhamé, les ailes de la Guinée sont désormais détachées. Tout le mensonge de Goby Condé, qui est une grande godiche, prend racine dans ce dire là. Parce qu’en vérité un aigle a besoin de ses deux ailes pour se déployer dans le ciel. Impossible de voler avec une seule aile. N’est-ce pas ? Or l’autre aile de l’aigle dont parle Gobykhamé reste toujours paralysée par la présence de Ousmane Kaba, de Kiridi Bangoura, de Soriba Sorel camara et de toute la racaille de l’Arc-en-ciel qui nimbent justement son régime politique. Goby Condé jure de ne protéger personne. Pourtant l’on assiste, depuis son parachutage au pouvoir, à une recrudescence et à une expansion de la corruption, des détournements de deniers publics, de la fuite des sujets pour le baccalauréat et le brevet en Guinée. Des crapules d’hier et d’aujourd’hui, connues de tous et de Gobykhamé, et qui à longueur de temps font son éloge dans les mamayas télévisées, gardent encore solidement attachée cette aile de l’aigle-Guinée. C’est pourquoi notre oiseau rapace ne pas se déployer dans les airs pour foncer brutalement sur les poules et les poussins des basses cours.

L’on se souvient des reportages tendancieux de Ben Daouda Sylla qui accusait, sur les ondes de Africa n°1, Cellou Dalein Diallo d’avoir bradé Air Guinée et de se promener dans les rues de Cona-cris avec une valisette bourrée d’argent et d’être candidat à la présidentielle guinéenne de 2010. L’affairiste Mamadou Sylla vient de révéler que c’est Lansana Conté qui lui avait bradé « l’épave » Air Guinée à cinq millions de dollars. Il faut encourager ce déballage en public pour espérer libérer totalement l’aigle-Guinée. Dans la foulée, il faut que Goby exige de Djéné Saran Kaba Condé et de son rejeton, Mohamed Condé, et de tous les autres éléments de sa famille de diminuer leur train de vie. Où est-ce que Djéné Saran Kaba puise tout ce qu’on la voit en train de distribuer en vivres devant la caméra de la télébidon pour se faire passer pour une débonnaire, une philanthrope auprès des pauvres populations ? Apprenez leur plutôt à pécher au lieu de les conditionner à toujours recevoir de vos mains le « bonga ». Et puis toi, Goby ? Tu n’as toujours pas fait une déclaration de tes biens. Peut-être que tu as oublié de le faire. Mais il n’est pas tard de prouver aux aigris guinéens ta droiture dans la gestion des deniers publics. Déclare alors tes biens connus et non connus en Guinée, à Ouagadougou, à Abidjan, à Paris, en Suisse, aux Etats-Unis, au Maroc et ailleurs.

A l’occasion de la parade de Dougoudougou Compaoré à Cona-crimes, on a zieuté les deux grosses bagues que tu portes à ta main gauche : une émeraude ou un diamant à ton auriculaire gauche et une en or à ton majeur gauche. Et revois les images : tu te rendras compte que ton invité, l’assassin de Thomas Sankara, porte juste une discrète alliance en or à son auriculaire gauche. Une alliance de mariage qui le lie à sa première dame. Et toi, au lieu de ça, tu arbores une bague dont le prix de vente peut valoir le coût de la construction d’une école ou d’une maternité en Haute-Guinée.

Gobykhamé ! Tu es vraiment une godiche. Arrête de trop chalouper devant la caméra. Ce n’est pas bon pour ta propre image de suprême en Guinée. Arrête de parader devant tes chantiers inachevés. Demande aux faiseurs de légendes de la télébidon de ne pas lanciner les téléspectateurs en parlant trop de toi et de tes fameuses œuvres toutes inachevées qu’on appréciera, dis-tu, dans 40 ans. En vérité, ces faiseurs de mensonge politique te nuisent. Ils mettent à nue tes tares, ton incompétence, ta boulimie du pouvoir qui rappelle « Ubu roi », tes limites intellectuelles, ta médiocrité à pouvoir asseoir un développement durable dans le bled, ton ethnocentrisme, ta politique ambiguë de diviser les ethnies et de se positionner comme un père rassembleur dans le patelin. Et puis arrête de parler en parabole. Tu sais dans ton for intérieur que tu n’es pas intelligent pour les tournures. Tu ne possèdes pas cette finesse d’esprit à pouvoir manipuler les images et les mots. Fais attention ! Laisse cette tâche à Diahannama Kouyaté. Et puis, et puis arrête de faire de l’humour. Ce n’est pas ton fort, bordel ! Tu as voulu faire de l’humour à Dougoudougou Compaoré en parlant de la voie ferrée à construire du bled à Bobodioulasso. Ça n’a pas rigolé ! Tu as été le seul à en avoir ricané en gesticulant en direction de Dougoudougou Compaoré et en hachant : Bobo…dioula…ssoooooooo ! Le public n’a pas applaudi. Et personne d’ailleurs n’a applaudi sous la tente. En te regardant sur scène, on avait honte pour toi. Tu vois ! Sache une fois pour toute que la rigolade, l’humour, les paraboles ne collent pas avec ta carcasse. Tu fais des effets de manche qui ne te réussissent pas du tout. On te le conseille parce que les escrocs et autres aigrefins qui t’entourent n’osent pas te le dire. Dis aussi à Djéné Saran Kaba Condé de ne pas porter ses grosses lunettes teintées quand tu en arbores. Ça vous fait passer pour un couple de voyous. Wlà ! On se reprend après la Korité. Et gare à toi si tu ne t’amendes pas.

Commenter cet article