/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par lomecitz

 

Il était temps, pourraient crier certains. Le silence des autorités guinéennes dans l’affaire DSK était devenu quelque peu incompréhensible. Depuis ce lundi matin, le silence est rompu. Alpha Condé laisse entendre que sa position à lui, n’est pas aisée. Il dit être doublement affecté par ce qui s’est passé dans la suite 2806 du Sofitel hôtel de New York, le 14 mai 2011. Une gène avouée sur les antennes de Rfi. Ceux qui s’interrogeaient sur les raisons du silence des autorités guinéennes, depuis que le feuilleton Nafissatou Diallo-Dominique Strauss Kahn a commencé, ont eu droit à leur réponse, ce lundi matin. ...

Il ressort en effet des propos que le président de la République, Alpha Condé, a tenus sur les ondes de RFI, la "radio mondiale" que la Guinée se trouve quelque embarrassée par l’accusation d’agression sexuelle que notre compatriote, Nafissatou Diallo, porte à l’encontre de l’ancien patron du FMI.

Cette attitude empreinte d’une certaine gêne, le président de la République l’explique par d’une part, le fait que la victime présumée, Nafissatou Diallo, est une Guinéenne comme lui, alors que de l’autre, Dominique Strauss Kahn, est membre du PS, un parti qui, comme le RPG du Pr. Alpha Condé, est membre de l’Internationale socialiste.  Ce qui fait dire au Pr. Alpha Condé qu’il est "doublement touché et triste".

Au-delà du lien, via l’internationale socialiste, évoqué par le président de la République, cette attitude ambiguë est d’autant plus compréhensible qu’il faut rappeler que le président de la République a passé une bonne partie de sa vie en France. Sans doute qu’à l’occasion, il a entretenu des relations qui justifient qu’il ne s’exprime pas sur ce dossier, en faisant valoir uniquement la fibre patriotique.

De tous les dirigeants que la Guinée a connus jusque-là, le président Alpha Condé est sans doute celui qui est le plus proche de la France. Rappelons même que pour les élections de 1993, le président Lansana Conté, avait exigé, selon la Loi fondamentale qu'il renonce à sa nationalité française.

Alpha Condé a tenu cependant à assurer que lui et son gouvernement seront aux côtés de tout Guinéen qui se retrouverait dans des "difficultés". Mais pour ce qui est du problème spécifique de Nafissatou Diallo, le soutien de la Guinée sera dans les limites que prévoit la loi. Ceci étant, il semble relativiser le mutisme que la presse notamment a dénoncé. Pour lui, même les autorités françaises ne se sont pas encore officiellement prononcées.

On imagine que dans le milieu de la gent féminine, ce discours n’est pas celui qui était attendu. L'on aurait préféré un avis plus ferme. Vu que de nombreuses Guinéennes, à l’image des femmes de chambre qui ont hué l’ex-patron du FMI, le 6 juin, peuvent se sentir solidaires du drame que Nafissatou dit avoir enduré, ce 14 mai dans les bandes de midi.Cependant, vu que la justice suit son cours, ce terrain est encore très glissant.

Il est à rappeler que DSK ayant décidé de plaider non coupable, le 18 juillet 2011 sera le prochain rendez-vous d’un feuilleton judiciaire qui risque d’être long.

Commenter cet article