/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

Deux nouveaux avocats très réputés ont rejoint la défense de Nafissatou Diallo. La plaignante réfléchirait à une action devant la justice civile qui pourrait lui rapporter plusieurs millions de dollars.


A quelques jours de la nouvelle audience, chaque partie renforce ses équipes. D’après Le Figaro, deux pointures du barreau rejoignent Jeffrey Shapiro, avocat de Nafissatou Diallo. Kenneth Thompson et Norman Siegel. Le premier est un spécialiste du harcèlement sexuel qui a rapporté des millions de dollars aux victimes qu'il a défendues au civil. Le second est le symbole de la lutte pour les droits civiques. Il s’est distingué pour avoir attaqué en justice la ville de New York pour brutalité policière et délit de faciès. La famille les a rencontré afin "d’étudier la possibilité d’une plainte au civil et ‘l'utilité’ d'une action en dommages et intérêts." Une procédure qui pourrait rapport des millions de dollars à la femme de chambre de l'hôtel new yorkais.

 

Cette procédure devrait avoir lieu après le procès pénal. Selon Arnaud Develay, avocat aux barreaux de Paris et Washington, "il est plus facile d’aller au tribunal civil alors qu’on a déjà un coupable et une victime". “Mais l’équipe de Nafissatou Diallo n’a pas intérêt à montrer que la plaignante est motivée par le gain, car cela deviendrait difficile à défendre au pénal", a-t-il expliqué au JDD.fr.

 

Du côté du procureur, deux pointures rejoignent l’équipe de Cyrus Vance Jr. Selon le New York Times, Joan Illuzzi-Orbon et Ann Prunty, deux femmes habituées aux affaires de viols et d’agressions sexuelles vont venir l’appuyer sur ce procès très médiatique. D’après l’entourage du procureur, "une grosse affaire se traite avec des gens d’envergure, et Illuzzi en fait partie".

 

Prochaine audience le 6 juin

 

Ces renforcements laissent penser que le procès sera très politique. Comme le rappelle Arnaud Develay, "le procureur vient d’une famille politique", son père a été secrétaire d'État de 1977 à 1980 sous le mandat du président Jimmy Carter. De plus, il a un poste élu et devra mener campagne à nouveau dans deux ans. "Ce procès va caractériser son premier mandat". La présence de Norman Siegel dans l’équipe de la plaignante va dans ce sens. Habitué des luttes pour les droits civiques, l’avocat va donner une couleur politique au procès.

 

Jusqu’au 6 juin, date de la prochaine audience de Dominque Strauss-Kahn, “c’est une bataille de perception l’opinion publique”, estime Arnaud Develay. "On est dans la stratégie d'esbroufe", raconte l’avocat aux barreaux de Paris et Washinton. "L’équipe de DSK se plaint par exemple des fuites qui incriminent leur client pour créer les conditions de la remise en cause du procureur”, dit-il en référence aux révélations de divers médias sur l’identification de l'ADN de Dominique Strauss-Kahn dans les échantillons de sperme récoltés dans la chambre du Sofitel.

 

Le prochain rendez-vous de DSK avec la justice est donc fixé au 6 juin. C’est à cette date que le tribunal pénal de New York doit officialiser l’acte d’accusation et l’ex-patron du FMI devra plaider coupable ou non coupable. A partir de là, un calendrier sera fixé et dès le lendemain, les avocats du suspect pourra examiner le dossier afin de trouver des failles pour démonter les chefs d’inculpation. Selon Arnaud Develay, “le procès devrait débuter autour du mois d’octobre”.

Commenter cet article