GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Agacement et irritation : à propos de la nomination en Guinée par M. Blaise COMPAORE de son « représentant-résident ».

http://www.guinea-forum.org/upload/savane_1.jpgLa personne du représentant n’est pas en cause. En tant qu’individu, il peut séjourner en Guinée à sa guise. Il est en terre africaine. Il se peut même qu’il soit une personne agréable. Mais sa fonction est injustifiable.


Le retour aux promesses du 23 Décembre 2008 facilité entre autre par le coup de pistolet malheureux de Dr. Toumba DIAKITE, l’engagement solennel de Général Sékouba KONATE d’aller aux élections et la « nomination » d’un PM de transition, ont vraisemblablement ouvert une perspective nouvelle pour la Guinée. Le pays paraît euphorique. Du coup, une information d’importance capitale est passée presque, inaperçue : un certain général du nom de Ali TRAORE. M. Blaise COMPAORE aurait nommé son « représentant spécial » en Guinée. Il aurait pour mission d’être le « représentant-résident » de M. Blaise COMPAORE et de lui rendre compte des activités du gouvernement guinéen.


Notre pays, par un mystérieux « décret », serait donc placé sous la tutelle peut être personnelle de M. Blaise COMPAORE, en tout cas, il se l’imagine. Son journal officieux, L’observateur Paalaga, y croit fermement. Dans un article intitulé « les forces vives ne savent pas ce qu’elles veulent » paru le 25 Janvier dernier, il affirmait «…  Si les Forces vives avaient répondu à l’appel à venir à Ouagadougou, sans doute, toutes les modalités pratiques auraient été peaufinées jusque dans les moindres détails… » et plus loin, il poursuit « … Négocier les contours exacts de l’accord en Guinée fait peut-être plus local, plus souverain, plus patriotique si on veut, mais, seules face aux détenteurs du pouvoir, par les armes pis est, les Forces vives pourront-elles arracher au camp d’en face quoi que ce soit qu’elles auraient pu obtenir à Ouagadougou… » ?


Voilà ! Les Guinéens n’ont pas répondu aux convocations de leur « Saigneur » M. Blaise COMPAORE. Il est mécontent. Ses « journalistes » le font savoir. En effet, quand le « saigneur » COMPAORE cligne des yeux, les vassaux doivent ramper. Malheureusement, M. COMPAORE n’est pas un SEIGNEUR, mais un authentique SAIGNEUR, saigneur au sens sanguinaire du terme. Les familles de Thomas SANKARA et de Norbert ZONGO en savent quelque chose. Et c’est précisément cet aspect saigneur de son personnage qui pose problème. Car, sur le plan économique, notre « facilitateur » ne fait pas non plus dans le détail. Le port autonome de CONAKRY, les mines d’or de Kérouané, les permis d’exploitation pétrolière, etc… font partie de son tableau de chasse en Guinée, depuis l’avènement de capitaine Moussa Dadis CAMARA.

Il n’y a pas de reproche à faire à M. Blaise COMPAORE. Il étend son hégémonie économique familiale et son pouvoir politique sur les pays dominables. Les Guinéens lui semblent être des falots, juste bons à recevoir des ordres. En effet, pourquoi se priver d’exploiter un pays que ses propres enfants vendent aux enchères comme un vulgaire meuble ?
La personne du représentant n’est pas en cause. En tant qu’individu, il peut séjourner en Guinée à sa guise. Il est en terre africaine. Il se peut même qu’il soit une personne agréable. Mais sa fonction est injustifiable.

Le retour aux promesses du 23 Décembre 2008 facilité entre autre par le coup de pistolet malheureux de Dr. Toumba DIAKITE, l’engagement solennel de Général Sékouba KONATE d’aller aux élections et la « nomination » d’un PM de transition, ont vraisemblablement ouvert une perspective nouvelle pour la Guinée. Le pays paraît euphorique. Du coup, une information d’importance capitale est passée presque, inaperçue : un certain général du nom de Ali TRAORE. M. Blaise COMPAORE aurait nommé son « représentant spécial » en Guinée. Il aurait pour mission d’être le « représentant-résident » de M. Blaise COMPAORE et de lui rendre compte des activités du gouvernement guinéen.
Notre pays, par un mystérieux « décret », serait donc placé sous la tutelle peut être personnelle de M. Blaise COMPAORE, en tout cas, il se l’imagine. Son journal officieux, L’observateur Paalaga, y croit fermement. Dans un article intitulé « les forces vives ne savent pas ce qu’elles veulent » paru le 25 Janvier dernier, il affirmait «…  Si les Forces vives avaient répondu à l’appel à venir à Ouagadougou, sans doute, toutes les modalités pratiques auraient été peaufinées jusque dans les moindres détails… » et plus loin, il poursuit « … Négocier les contours exacts de l’accord en Guinée fait peut-être plus local, plus souverain, plus patriotique si on veut, mais, seules face aux détenteurs du pouvoir, par les armes pis est, les Forces vives pourront-elles arracher au camp d’en face quoi que ce soit qu’elles auraient pu obtenir à Ouagadougou… » ?
Voilà ! Les Guinéens n’ont pas répondu aux convocations de leur « Saigneur » M. Blaise COMPAORE. Il est mécontent. Ses « journalistes » le font savoir. En effet, quand le « saigneur » COMPAORE cligne des yeux, les vassaux doivent ramper. Malheureusement, M. COMPAORE n’est pas un SEIGNEUR, mais un authentique SAIGNEUR, saigneur au sens sanguinaire du terme. Les familles de Thomas SANKARA et de Norbert ZONGO en savent quelque chose. Et c’est précisément cet aspect saigneur de son personnage qui pose problème. Car, sur le plan économique, notre « facilitateur » ne fait pas non plus dans le détail. Le port autonome de CONAKRY, les mines d’or de Kérouané, les permis d’exploitation pétrolière, etc… font partie de son tableau de chasse en Guinée, depuis l’avènement de capitaine Moussa Dadis CAMARA.

Il n’y a pas de reproche à faire à M. Blaise COMPAORE. Il étend son hégémonie économique familiale et son pouvoir politique sur les pays dominables. Les Guinéens lui semblent être des falots, juste bons à recevoir des ordres. En effet, pourquoi se priver d’exploiter un pays que ses propres enfants vendent aux enchères comme un vulgaire meuble ?
Toutefois, je reste intrigué par l’acceptation par les nouvelles autorités de Conakry, d’un « Représentant-résident » de M. Blaise COMPAORE à CONAKRY. Le BURKINA peut nommer un ambassadeur en Guinée. Il en a peut être déjà.

N’en déplaise à la Rédaction de « L’observateur Paalaga », le BURKINA n’est pas un royaume, Blaise COMPAORE n’est pas un ROI. La GUINEE n’est pas une province du BURKINA, ni sous tutelle d’aucune autorité extérieure. Pourquoi M. COMPAORE doit-il être personnellement représenté dans notre pays ?
Je suggère à tous les GUINEENS, où qu’ils résident, d’exiger le départ immédiat de notre pays du « représentant-résident » de M. COMPAORE.

La personne du représentant n’est pas en cause. En tant qu’individu, il peut séjourner en Guinée à sa guise. Il est en terre africaine. Il se peut même qu’il soit une personne agréable. Mais sa fonction est injustifiable. Lui-même aurait dû s’apercevoir qu’on l’affecte à une fonction d’humiliation.
Que les nouvelles autorités guinéennes se soient prêtées à cet exercice d’humiliation, est proprement scandaleux.

Mamadou Billo SY SAVANE
contact :mamadoulinsan@wanadoo.fr
NB : Guinéennes et Guinéens ! Lis, fais lire ce document, distribue-le, discutez-en. Il y va de notre avenir commun 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article