/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

"Je le dis ici avec la solennité nécessaire : nous sommes face à une agression caractérisée." François Hollande a réagi, lors de ses vœux au corps diplomatique vendredi 11 janvier, à la nouvelle offensive islamiste dans le centre du Mali, survenue jeudi.

 

Qu'a déclaré François Hollande ?

Le président malien par intérim, Dioncounda Traoré, a demandé l'aide militaire de la France, ont affirmé des diplomates jeudi 10 janvier. "La France sera prête à arrêter l'offensive des terroristes si elle devait se poursuivre. C'est une exigence de solidarité et de responsabilité", a répondu le chef de l'Etat, vendredi, après un Conseil restreint de Défense autour des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian. François Hollande a précisé que Paris agira "strictement dans le cadre des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU".

 

Y a-t-il des troupes françaises sur place ?

Pour le moment, Paris s'est seulement engagé à un "soutien technique" au Mali, dans les domaines de la logistique, de l'observation et du renseignement notamment. SelonLe Figaro, des forces militaires françaises et allemandes ont pris position jeudi à Sévaré, une localité proche de Mopti. Le quotidien explique que ce déploiement s'accompagne de la présence de huit avions.

"Les terroristes se sont regroupés ces derniers jours sur la ligne qui sépare artificiellement le nord et le sud du Mali. Ils ont même avancé. Et ils cherchent à porter un coup fatal à l'existence même du Mali. La France comme ses partenaires africains et l'ensemble de la communauté internationale ne pourra pas l'accepter", a expliqué le président de la République, qui rencontrera mercredi Dioncounda Traoré.

 

Où en sont les combats ?

L'armée malienne a lancé vendredi matin, depuis Sévaré, à 70 km au sud de Konna, une offensive contre les islamistes, selon un officier de l'armée malienne. "Notre offensive a commencé. L'objectif est de reprendre le contrôle total de la ville de Konna et de progresser après" vers les positions des islamistes, a déclaré cet officier qui se trouve à Mopti, à environ 70 km au sud de Konna. "Actuellement, nous et nos alliés, nous organisons des tirs contre les positions des islamistes à Konna, pour les repousser et contrôler entièrement la localité", et ces tirs proviennent "d'appareils militaires de pays amis", a-t-il ajouté.

Un responsable d'une société privée qui s'était rendu à Konna vendredi matin a affirmé à l'AFP y avoir vu "deux petits avions tirer sur les islamistes", sans être en mesure de préciser le type d'appareil. "Les islamistes ne tirent pas. Ils sont allés vers le sud de Konna pour éviter les tirs", a-t-il expliqué. D'après des témoins à Sévaré, des avions comprenant des cargos de transport militaire ont atterri jeudi. Ils y ont débarqué des armes et des soldats étrangers, ont rapporté des travailleurs de l'aéroport.

Francetv info avec AFP

Commenter cet article