/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

http://gn.telediaspora.net/portail/portail/photo/image/sekouba_konate_sport.jpg

 

 

Tant mieux, mais personne ne s’attendait vraiment au contraire : le Groupe International de Contact sur la Guinée, a tenu sa treizième session sur le pays Dadis le réfractaire devenu le pays de Sekouba Konaté placardé sur les murs de Conakry comme le « soldat de la démocratie ».

C’est bien : le pays meurtri par les gouvernances tragiques de Sékou Touré et de Lansana Conté. En tout, vingt cinq ans chacun, le premier un tueur froid qui n’eut d’autre approche du riche sous-sol guinéen que de le remplir de cadavres, le second à le garder dans son statut de pays bombardé. Tout semblait un moment bien reparti durant la courte parenthèse du capitaine Dadis.

Mais la revêche Guinée se cabra de nouveau le 28 septembre 2009. Heureusement, tout le monde la félicite pour l’éclaircie d’aujourd’hui. Mais, l’éclaircie est-elle vraie ou est-ce un leurre qui rattrapera le plus beau pays d’Afrique de l’Ouest le 27 juin prochain et les jours suivants? Personne ne sait vraiment. Car, tout bien considéré, les propos tenus par les responsables du groupe de contact, font plus de place à l’espoir qu’aux réalisations, à l’incantation qu’au satisfecit issu d’un constat consensuel et documenté sur les progrès dans la préparation de l’échéance capitale de l’imminente présidentielle.


Jean Marie Doré n’a pas, non plus coché les cases principales: fichier électoral, approbation des listes par les partis, distribution des cartes électorales, validation des candidatures par la juridiction indiquées, et d’autres. Au contraire, ce que le Premier ministre a mentionné, ce sont les décrets signés. Ceux-ci, pour fondamentaux qu’ils soient, ne remplacent pas l’action et hélas le temps n’est pas élastique. Il est même dramatiquement compté.


Le Groupe de contact semble avoir si bien compris la situation tangente à Conakry que le mieux qu’il trouve à faire c’est déjà de mettre en garde contre l’ethnisme et le régionalisme. C’est-à-dire, le TGV et les passagers de ce qu’on présente comme la démocratie naissante d’un pays qui, heureusement, se remet toujours sur ses jambes.

Commenter cet article