GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

AUGMENTATIONS SALARIALES EN GUINEE: la belle surprise du chef


Consécutive à une augmentation des prix des carburants à la pompe de 30%, la hausse salariale de 50% annoncée par le gouvernement guinéen le 1er mars dernier a été unanimement applaudie par l’opinion nationale et internationale. En effet, même si Ibrahim Fofana, Secrétaire général de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), a mis cet acquis au compte des résultats d’une négociation dont le but était de parvenir à une augmentation de 100% des salaires, ce dernier a tout de même reconnu la bonne foi de la junte à faire baisser un tant soit peu la tension sociale.



Car malgré les richesses minières du pays, au moins 40% de la population guinéenne vit sous le seuil de pauvreté, et ce contraste a été créé et tristement entretenu par la mauvaise gestion des dirigeants qui se sont succédé à la tête de l’Etat. Certes, l’inflation du carburant va sans doute atténuer l’effet de cette augmentation salariale. Il est également à craindre que les prix des produits et autres prestations de services grimpent après l’annonce de cette bonne nouvelle. Mais c’est d’ailleurs là que le gouvernement trouvera toutes les raisons nécessaires de continuer son action avec pour objectif, cette fois-ci, de maîtriser les différents prix, notamment ceux des denrées de première nécessité.



Un contrôle des prix est d’autant plus nécessaire que tous les Guinéens ne sont pas des fonctionnaires, et ils sont les plus nombreux d’ailleurs qui ne ressentiront pas l’impact positif de cette hausse des salaires dans le panier de la ménagère. S’il n’existe pas une brigade des prix, elle doit être créée, afin de réguler les coûts des différents produits pour éviter que certains commerçants véreux ne voient dans cette situation de décrispation sociale, un terrain favorable à la manifestation de leur cupidité. Et bien que son intérim soit prévu pour être de courte durée, le président Sékouba Konaté devra poser ne serait-ce que les jalons de l’assainissement de la gestion des biens publics pour permettre à celui qui lui succédera par la voie des urnes, de disposer d’un appareil étatique moins défaillant.



Car cette augmentation des salaires, qui est intervenue sans annonce officielle d’une quelconque aide étrangère, prouve à souhait que la Guinée Conakry est loin d’être en manque de ressources internes. Le pays de Sékou Touré souffre sans conteste d’une mauvaise gestion de ses ressources qui sont pillées par une minorité, créant ainsi une mauvaise répartition de la manne publique.



Il est donc important qu’au-delà de la transition, le but final visé par celle-ci sous-tende les différentes actions du gouvernement de transition, à savoir l’amélioration des conditions de vie des populations sur le long terme. C’est du reste la raison d’être de toute bonne politique publique, et c’est à ce prix que l’agréable surprise suscitée par cette augmentation de salaire ne fera pas l’effet d’un feu de paille.


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article