/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par kibarou

 

 

Au jour d’aujourd’hui, bien de Guinéens se posent des questions. Ils se demandent s’ils ont eu raison de combattre le Général Lansana Conté comme ils l’ont fait en janvier-février 2007 par exemple. Car après lui les conditions de vie, tout comme la sécurité des hommes et des biens ne se sont guerre améliorées. Au contraire. La vie est de plus en plus difficile. De très nombreuses familles ont été endeuillées et l’unité nationale est fortement entamée… 

Après les évènements sanglants de Siguiri – Kouroussa – Kissidougou et N’Zérékoré où, des électeurs ont pris la lourde responsabilité d’attaquer, blesser et tuer d’autres électeurs, sans que les institutions de la transition ne fassent ce qu’il faut pour punir les coupables comme l’Etat le fait en Moyenne Guinée et à Ratoma, c’est la ville de Conakry qui se vide de ses habitants originaires du Foutah.

Par vagues successives, des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants se bousculent dans les gares routières, direction l’intérieur du pays. Motif invoqué : éviter la répression des forces de l’ordre à l’occasion de la proclamation des résultats définitifs de la présidentielle par la Cour Suprême, et naturellement, la famine qui s’installe durablement dans les familles pauvres, du fait du coût de la vie. 

C’est dire que la situation se dégrade chaque jour un peu plus ; tant est si bien que ‘’chaque année, on dit que l’année dernière c’était mieux’’.

Ce qui pousse la plupart des Guinéens à réexaminer la situation depuis 2007 et à se dire : ‘’ Après le règne de Moussa Dadis Camara et de Sékouba Konaté, c’est maintenant Alpha Condé qui s’annonce’’. Et de conclure avec un certain pessimisme : ‘’si c’est quelqu’un qui détenait Lansana Conté, nous serions partis le libérer et l’introniser à nouveau à la tête de l’Etat guinéen. C’est tout dire !


Commenter cet article

Fode Bangoura Montréal 02/12/2010 02:33



Ha ha ha ha lolll, c'est vraiment intéressant et amusant, c'est drôle sauf que c'est foncièrement vrai.