GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Bas les masques couleur tropicale !

 

De dévot en suppôt, la disjonction politique est vite arrivée. Bravo au trio infernal (Bokoum-Bano-Petty)-hier, comme des chats et des chiens- en effervescence continu(e) aujourd`hui. Nos fameux "cunnilinguseurs politiques" fantasment au plus profond de leur âme. Et qui l`eût cru ! Sans rancune. (Couleur tropicale, Le Rédempteur).

Ma chère Couleur tropicale, n’as-tu pas usurpé le pseudo de Couleur tropicale ? Ou alors Couleur tropicale aimait, ou plus exactement sa « charmante épouse » qui aimait me prendre (pouah !) pour une « bibliothèque ambulante », ne faisait que me donner des baisers de la mort, comme celui dont « Dadis » avait gratifié M. Alpha Condé ? On sait ce qui advint de ce baiser, et où il conduisit l’un et l’autre. Ce Dadis que la mort rata d’une balafre. Mais les affres de la balle de Toumba traînent encore sous forme de CD en Forêt sacrée, un cd démultiplié en milliers, assombrissant de mille dommages collatéraux, les cœurs et les chaumières des Niankoye déjà dans les ténèbres.

Or donc BBP, Bano, Bokoum Petty « Trio Infernal »!

Quel pinceau m’associe donc ainsi à Bano ? Quelle brosse à reluire pour bottes civiles ou militaires ? Bano Barry, vice-recteur de l’université Lansana Conté de Sonfonia. Bano, consultant à FM Familia le jour, et conseiller de Dadis la nuit ou entre deux philippiques contre l’Opposition et ou les diaspos. On sait comment les conseils du Consultant, avec d’autres bien sûr, ayant surdimensionné ses délires, ont conduit Dadis à Ouaga, via le Stade-Boiro, en attendant de rejoindre ce dernier pour la dernière capitale de la Guinée, la Haye. Si telle doit être la volonté du peuple de Guinée, victime des horreurs du Stade-Boiro. Car si Dadis y va, il sera accompagné par son sourcier, découvreur d’un sang d’encre (encre maléfique) dont il use pour brosser ce visage pluriel, cité ici et là, au moins par des sites comme conseiller et ou âme damnée du prince des Ténèbres.

Pourtant, sur un support moins lisible que FM Familia, j’avais conseillé à Dadis de chercher d’autres cireurs de bottes, certes presque tous, de tout jeunes peuls, qui errent au camp Alpha Yaya qui feraient briller ses pompes de lueurs moins funèbres, avec un lustre qui ne risque pas de devenir sanguinolent. Ces « conseils » sont consignés dans l’Observateur et Le Lynx de l'époque du Septembre noir, quelques jours avant le naufrage où les câlins de Bano entre autres, ont conduit Dadis. Mon frère Poullo Torodo Billo peut en témoigner ; dans la même veine de ma sortie, j’associais déjà un JMD dont Sy Savané donnait quelques antécédents peu glorieux du temps où il fricotait avec AST depuis l’Occident ; je le tançais pour sa diaspora phobie avancée.

Donc Bano, lapeur de bottes à la langue enduite de toumbacine, serait membre d’un chariot de feu dont je serais. Malheur à Cellou ! Couleur tropicale/Le Rédempteur semble bien informé. « Qui l’eût cru », pour reprendre un de ses tics langagiers. Couleur tropicale/Le Rédempteur qui officie chez Oumar Cissé de Bma ou plutôt à echodeguinee et sur le site officiel du RPG, de waati, bref, partout où des "tropicalités" (Sony Labou Tansi) secouent la Toile, vous serez avec Couleur Tropicale qui vous situera sur la nébuleuse arc-en-ciel. Couleur tropicale, « en effervescence continu(e) », instituteur coco, qui se mêle de corriger l’auteure de (pourquoi j’appelle à voter pour..), oublie au passage un petit E ! Le criminel revient toujours sur les lieux du crime. Maudit petit E oublié ! Et c’est moi le dévot ! Cachez-moi ce petit E ! Couleur tropicale, ne mettez plus de E à couleur ! Il fait l’effet.., ou plutôt « l’effervescence continu(e) ». C’est comme ce nichon que Tartuffe, frappé de strabisme divergent, ne saurait voir. Comme il ne voit pas le monstrueux cheval de Troie, déployé en arc-en-ciel, où se tapit celui-là même qui fut la cause seconde du déclenchement des horreurs des journées révolutionnaires de Janvier et Février 2007.

Si Couleur tropicale alias le Rédempteur peut sauver l’honneur de son pseudo, parce que les nègres (qui écrivent pour d’autres) en ont un, eh bien qu’il dise le nom de ce Monsieur et sa fonction dans le soulèvement que pilotèrent le regretté Ibrahima Fofana et ses camarades – il ne faut pas citer Rabiatou, c’est une Peule ! –, qui se soldèrent par près de deux cents morts et des accords tripartites très vite évacués par une chasse d’eau. Moi j’ose crier, caramba Cellou, celui-ci est Bano Barry, ex cireur de pompes et pourfendeur de la Diaspora ! Mais seuls les imbéciles ne changent pas. Et l’homme, c’est le système, dixit le Rats sembleur de l’arc-en-ciel, devenu portail de la ville de Troie, où le cheval du même nom lesté des meilleurs tueurs à gages, se rue sur l’Etat de droit. Dans le ventre du cheval, se bousculent 12 salopards, 7 mercenaires, la horde sauvage qui vont transformer le système le plus pourri, par le travail rédempteur de la vermine qui l’a ainsi pourri.

Certes, le Cheval de Troie est chevauché par un cavalier qui n’a pas son deux. Le fils de Marie, l’immaculée Conception : le Rédempteur. Quant à vous ma chère Couleur tropical(e) allez-y, nommez ce monsieur, qui avait fait oublier aux grévistes leurs « mesquines » revendications corporatistes, misérables "tropicalités", pour entraîner même les mendiants de Guinée dans une ville morte deux mois durant. Dites son nom et votre « effervescence continu(e) » aura droit, dans le moderne kamasoutra, à un nirvana aussi torride qu’une ville morte, c’est le moins que l’on puisse espérer de la classique position du Curé, ou plutôt du Rédempteur. Mais pour cela, il faudrait que vous retourniez à votre célèbre forum de cet honorable site où vous excellerez dans le nouveau métier de technicien de surface, travail du nègre préposé au redressement des petites annonces genre :

« Lasse du cunnilingus, cherche « ass »(voir dico anglais) du 6/9, et plus, si affinités avec arc-en-ciel, où 7 égal 6 1 ».

Et si vous aviez le malheur de stigmatiser ce Monsieur auprès d’Alpha Condé sans dommage, c’est que vous ne représentez que dalle môme (vraiment rien, même en ouolof !) auprès de ce dernier, comme moi je n’ai pas encore l’heur d’être des rapprochés de Cellou. Et si Bano comme vous dites est un des « mukarrabun » (anges rapprochés !) de Cellou, eh bien tant pis pour moi ou pour Cellou ! Dans l’Alliance,  j’y suis j’y reste. Ce n’est pas avec un laborieux mot-valise, « dévot-suppôt » qu’on me sortira de ma petite « kaaba » imaginaire. Des « lutteurs de classe » ont renoncé à y laisser leurs griffes. Et les chauves-souris finiront par retourner à leurs cavernes ténébreuses. Les ardeurs de l'arc-en-ciel ont fait fondre le masque. Inutile de dire bas les masques, couleur tropicale. Il n'en reste qu'un petit E pris dans la glu  d'un cirage, dans tous les sens de ce mot. A force de changer de masque et de couleurs, on passe de nirvana à cirage. Même le fou de mon village ne chercherait pas à se distinguer au cœur de cette nébuleuse de couleurs qu'est un arc-en-ciel, en portant un masque de couleur.

J’ai soudain la nausée. Un malaise, un fourmillement certainement dû à une trop grande proximité avec des tracassés de polytiques. C’est une maladie tropicale contractée dans les comités de rumeurs, véhiculée par un certain phénomène météorologique dont les couleurs vivent d’une étrange arithmétique où 7 égal 6. Avec comme symptômes : diarrhée, nausée, logorrhée et l’ignoble écholalie :

Si ce n’est toi, c’est ton frère. Bano Barry, Bano Sow, tous pourris, tous peuls.

Pendant qu’on y est, un B pouvant en cacher un autre, dans ce train d’enfer, on peut toujours accrocher le wagon Bokoum. Bano, Saïdou, Lamarana, même wagon. On n’est plus dans l’ethno, on aborde les confins facho, avant Dachau. Dieu, ou plutôt le Rédempteur retrouvera les siens. Il y en a un à plaindre, c’est l’Agneau, Jésus fils de Marie, le Rédempteur. Juif devant l’Eternel, revenu chevauchant un arc-en-ciel Couleur Tropicale, hurlant avec les loups, en quête de chair fraîche, la chair...d’agneau. Si ce n’est pas de l’auto-cannibalisme !

Enfin, un détail, pour parler comme Le Pen, de quel Bano parlez-vous, madame-monsieur Couleur tropicale(e)-Le Rédempteur, de Bano Sow ou de Bano Barry ?

Wa Salam.


El Hajj Saïdou Nour Bokoum


NB Que les lecteurs de
guineeactu me pardonnent. Ce long texte est quelque peu ésotérique ; ne le comprendront que quelques happy few, des initiés de notre page commentaires, et certainement ceux qui ici même alimentent le « think tank » d’AOT. Ce texte nécessaire, sera compris par BBP, le trio infernal, Couleur tropical(e), Cellou et le Rédempteur. Il aura atteint son but. Si d’autres déchiffreurs d’énigmes (Nietzsche) y trouvent quelque provende nirvano-libidinale... L’essentiel étant qu’ils ne confondent pas Bano Sow et Bano Barry.

Note (1) : L’arc-en-ciel ne compte que 6 couleurs centrales, la 7e, l’indigo, n’étant là que pour des raisons d’analogie plus ou moins culturelle.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article