/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par france football

(EQ)

 

Auteur d'une saison remarquable dans l'entrejeu chez le promu en L2 Bastia (35 matches, 10 buts), le jeune Sadio Diallo (20 ans) sera l'un des atouts de la Guinée ce dimanche face à Madagascar. Il évoque ce match déjà capital pour le Sily National. 

 

«Sadio, comment abordez-vous ce match face à une équipe qui a bien failli vous surprendre à l'aller (1-1) ?

 
J'étais un peu fatigué, mais grâce à mon coach à Bastia (Frédéric Hantz, NDLR), je me suis reposé un peu. Je sors d'une saison inoubliable, vu mon parcours personnel. Ça a été dur pour moi. Il y a deux ans, j'étais à l'Atletico Coleah au pays, ensuite il y a eu les essais (Nice, Rennes) avant que Bastia me signe la saison dernière.

Serez-vous encore Bastiais la saison prochaine ?

 
Ouh, c'est une question à laquelle je ne pensais pas, mais je vais en discuter avec mon agent prochainement !

Vous êtes pressenti pour débuter à Conakry, alors que vous finissez seulement votre première saison complète en pro ! 


Au tout début de Championnat, je n'étais pas en sélection, et puis coach Michel (Dussuyer, le sélectionneur, NDLR) est venu me superviser. Plus tard, à l'automne, il m'a convoqué pour jouer contre le Burkina Faso (1-2) en région parisienne, c'était ma première cape.

«je suis un vrai Conakryka et j'ai bon espoir d'être titularisé»

À la différence de vos coéquipiers au sein du Sily, vous arrivez avec une certaine fraîcheur et surtout une grosse envie de tout casser...


C'est ça, c'est tout à fait mon état d'esprit. En plus, je vais jouer devant mon public, je suis un vrai Conakryka (habitant de Conakry), et j'ai bon espoir d'être titularisé dans l'entrejeu.

À la mi-parcours, vous êtes en tête de votre poule, avec un point d'avance sur le Nigeria. Pourrez-vous tenir la distance ?


De toute façon, chez nous, il faut battre Madagascar. Soyons forts mentalement, je suis persuadé que cela viendra tout seul avec le soutien de notre public. Notre force, c'est justement au niveau de la construction du jeu. Je suis confiant.

Pas trop ému ou déstabilisé d'évoluer au milieu de «grands frères» comme Pascal Feindouno ?


Ils m'encouragent à travailler. Bien sûr, ça fait quelque chose mais une fois avec eux, ça se passe bien.»

Commenter cet article