GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

CAN Féminine: Deux joueuses de Guinée équatoriale accusées d'être des hommes

Deux joueuses qui ont disputé la CAN Féminine avec la Guinée Equatoriale sont accusées d'être... des hommes.

Deux joueuses de la Guinée Equatoriale, finaliste de la dernière CAN Féminine (31 octobre au 14 novembre 2010), sont accusées d'être en fait, des hommes. Vainqueur lors de la finale (4-2), le Nigeria avait déposé une réserve auprès de la Confédération Africaine de Football (CAF) avant la rencontre sur l'attaquante Genoveva Anonma. La Fédération Nigériane de Football estimait ne pas avoir affaire à une femme, mais à un homme. 

Elle s'est justifiée de ces accusations. La joueuse du club allemand de Jena s'est confiée au quotidien Bild: "En 2006 et 2008, il y avait déjà eu des accusations semblables et j'avais réalisé à l'époque des tests, ce que j'avais trouvé vraiment blessant." Elle estime que certaines qualités physiques ne sont pas réservées qu'aux hommes: "C'est parce que je suis rapide et puissante qu'on m'accuse d'être un homme. Mais je sais aussi qu'en tant que femme, je peux être rapide et puissante." Son président, Marcus Etzel lui a d'ailleurs apporté tout son soutien: "C'est complètement absurde. Bien sûr que Genoveva est une femme et nous sommes très contents qu'elle joue pour nous."

"Je pense qu'elles sont hermaphrodites"

Mais, Anonma n'est pas la seule joueuse de la Guinée Équatoriale victime de tels soupçons. Sa coéquipière, Salimata Simpore, est également pointée du doigt. "Nous mettons en doute le sexe de la joueuse", confie Mohammed Sanusi de la NFF (Fédération Nigériane de Football). 

En demi-finale, la Guinée Équatoriale avait battu l'Afrique du Sud. La coach sud-africaine, Fran Hilton-Smith a trouvé une autre explication: "Je pense qu'elles sont hermaphrodites et qu'elles croient être des femmes. C'est le point de détail sur lequel il faut enquêter. La FIFA doit trouver des tests médicaux spécifiques permettant de déterminer si ces joueuses sont hermaphrodites. Si elles ont 100% de testostérone, ça leur donne un avantage certain. Il ne faut pas les exclure, mais les aider." La CAF a donc ouvert une enquête et a assuré qu'elle "fournira des informations sur l'évolution de la situation".   

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article