/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par le guepard

 

Nul n'est prophète en son pays”, dit l'adage. Le 30 avril dernier, ElhadjCellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG a été désigné “Cauri D'or de la Paix” par le Mouvement des Entreprises du Sénégal. Le 3 avril dernier, il avait été accueilli avec des grenades lacrymogènes tirées par des miliciens du Gouverneur de Conakry, à l'occasion de son retour au pays. Osons croire qu'ils ne remettront pas ça au moment du prochain retour du Président de l'UFDG.



Selon notre confrère Guineenews qui a participé à la cérémonie, ElhadjCellou Dalein Diallo a déclaré : “J'accepte avec humilité votre prestigieuse distinction comme une récompense et un encouragement. Je suis pleinement conscient que le combat pour les valeurs qu'elle porte est un sacerdoce… Je reçois cet honneur dans un pays que je considère comme ma patrie....C'est à Dakar, que je me suis retrouvé pour réfléchir sur ma vie, après de longues années d'expérience gouvernementale. C'est ici que j'ai trouvé l'inspiration qui m'a conduit au combat politique. C'est mon havre de tranquillité, mon lieu de refuge pour panser mes blessures physiques et morales comme celles dont j'ai été victime le 28 septembre 2009...Je mettrais en avant la liberté. La liberté est un enjeu de vie qui va plus loin que la politique. (…) Elle a besoin elle-même d'un État de droit, garantissant l'exercice d'une justice indépendante, soucieuse de protéger les droits des citoyens, au delà de tous les clivages....Lors des dernières élections présidentielles en Guinée, j'étais fondé à en contester les résultats comme beaucoup de mes militants m'inclinaient, non sans raison, à le faire. Je m'en suis abstenu. Je suis pour la conquête pacifique du pouvoir. Aucun pouvoir ne vaut qu'on lui sacrifie des vies humaines, précise-t-il. Comme le disait le président Wade, alors dans l'opposition, je ne marcherais jamais sur des cadavres pour aller au Palais présidentielle ».

 


La remise de ce prix à Elhadj Cellou Dalein Diallo est la preuve que le candidat malheureux du second tour de la présidentielle en Guinée n'est pas un "simple citoyen guinéen", comme l'avait prétendu Commandant Sékou Resco Camara, le gouverneur des ordures de Conakry.

Selon le site sénégalais rewmi.com, c'est devant un nombreux public présent à cette 7ème édition, que la cérémonie des Cauris d'or de cette année, organisée une fois de plus à l'hôtel Méridien Président par le Mouvement des entrepreneurs du Sénégal (MEDS), a connu la participation de plusieurs personnalités sénégalaises et de la sous-région. L'on pouvait noter, entre autres, le Premier ministre, Souleymane NdénéNdiaye, le Président de la Commission de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), Soumail Cissé, les ministres sénégalais du Tourisme et du secteur privé, Thierno , des Mines, de l'industrie de l'agro-alimentaire et des PME, Abdoulaye Baldé, chargée des relations avec le Parlement, Aminato , du Commerce, Amadou Niang, du Porte-parole du Président de la République, Serigne Mbacké Ndiaye, du ministre gambien des Affaires étrangères et de son homologue du Ghana, de la ministre du Tourisme de Gambie, Fatou Jobe Njie, du scientifique malien, Cheikh Modibo Diara, de l'ex-ministre d'Etat et Secrétaire général à la présidence de Guinée, Tibou Camara, du Président de l'ARENA, Dr Sékou Koureissy Condé.

 

 

La soirée des «Cauris d'or» magnifie l'excellence africaine à travers ses entreprises les plus performantes, les plus innovantes, les meilleurs managers et les personnalités qui ont marqué le plus l'année précédente, par des actes et par des actions tangibles. Elle récompense les hommes et femmes d'entreprise d'affaires, les hommes de la Diaspora, les personnalités qui, par leur contribution, et leur œuvre ont contribué à asseoir dans leur pays le dialogue et la démocratie.

 


Les Cauris d'or ont pris une dimension internationale. Cadre apolitique, la cérémonie magnifie le mérite et l'excellence, ainsi que l'a rappelé le Président du MEDS et initiateur de l'événement, M. Mbagnick Diop.

 

Commenter cet article