GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Comment peut-on extraire de la poudre blanche dans une fumée noire?

http://www.xavier-argeles.com/blog/wp-content/fumee-encens.jpg

 

Dans quelques jours, la république de Guinée va connaître une nouvelle phase de son histoire, celle qui doit normalement rompre avec les vieilles pratiques, la vieille tradition électorale, les anciens acteurs de développement...Tel est le souhait des observateurs avertis, des patriotes guinéens.
L'espoir et les prémisses d'un pays démocratique ont été posés par le Général Sékouba Konaté (président de la transition) en respectant scrupuleusement les accords de Ouagadougou: la tenue des élections présidentielles et la réforme imminente de l'armée guinéenne.


Que peut-on retenir des partis politiques guinéens ?


Dans les démocraties modernes, les partis politiques ont un rôle politique très important. Le principe est de permettre à des individus ou groupes partageant des objectifs similaires de s'allier pour promouvoir un programme commun, pour construire un véritable projet de société. La stabilité d'une véritable démocratie dépend de la crédibilité des partis politiques.


Benjamin Constant, auteur de nombreux essais sur des questions politiques ou religieuses présente les partis politiques comme la "réunion d'hommes», jouant le rôle de modérateur en vue de stabiliser l'Etat de droit.
De ce point de vue le rôle des partis politiques guinéens est indispensable pour l'instauration d'une Guinée unie, patriote et démocratique. Sont-ils à la hauteur de cette attente? Il serait très difficile d'apporter une réponse catégorique à cette question ou d'identifier tous les partis politiques à une seule et unique réponse. Cependant, quelques faits concrets permettent de caricaturer largement certains partis politiques guinéens. Ces faits sont entre autre:
-L'implication de certains opposants dans la gestion antérieure du pays
-La prolifération des "Slogans" de campagne à caractère ethnique
-Le manque de conscience et de personnalité de certains opposants...
Pour réussir les élections du 27 juin 2010 et garantir une véritable démocratie en Guinée, ne doit-on pas exclure tous les opposants qui se reconnaîtront dans la description faite ci-haut ?
Deux cas de figure découlent de cette interrogation: ils consistent à opposer une exclusion morale et éthique à celle des électeurs.


- L'exclusion morale et éthique est un auto-jugement que chaque opposant guinéen doit réaliser en vue de tirer une conclusion réaliste, sincère et crédible. C'est une phase préliminaire des élections qui aura pour finalité l'auto élimination naturelle des leaders politiques présentant un risque pour l'instauration de la démocratie dans notre pays. Ces opposants sont tous les anciens ministres, hauts cadres et anciens collaborateurs directs des régimes antérieurs car ils ne peuvent se prévaloir d'aucun bilan en Guinée, leur bilan est celui des régimes auxquels ils ont servit: **Comment peut-on extraire de la poudre blanche dans une fumée noire? **


- L'exclusion des électeurs sera réalisée le 27 juin 2010 par le choix des électeurs, qui vise à désigner le « meilleur » et d'exclure tous ces anciens acteurs, garant de la situation actuelle de notre pays. Ce choix doit être un choix patriotique et non ethnique, un choix crédible, un choix de valeur car l'avenir de notre Guinée en dépend. Le peuple de Guinée doit profiter de la journée du 27 juin 2010 pour reprendre sa place dans le processus démocratique. Comme disait l’autre « L'égalité politique concerne l'individu et s'apprécie généralement à l'échelle du pays. L'individu sous réserve qu'il soit capable et titulaire de ses droits civiques dispose d'une voix. Tous les individus sont ainsi dotés du même pouvoir de décision et la décision prise à la majorité s'impose à tous, ce qui peut éventuellement tourner aux dépens des minorités. »
Le peuple de Guinée réussira t-il son combat ? A suivre

 

www.yalosse.info

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article