/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par libération

19 septembre 2010. Benoît XVI arrive à Cofton Park, à Brimingham, où il doit célébrer la

 

Les six hommes soupçonnés de fomenter un attentat contre le pape, en visite au Royaume-Uni ont été libérés. Arrêtés vendredi à Londres, ils ont été relâchés après 48h de garde à vue, sans inculpation ni explications de Scotland Yard.

Selon le tabloïd Sunday Mirror, ces six personnes auraient eu le tort de plaisanter à la cantine à propos d'un attentat contre le pape. «Ca doit être difficile de tuer le pape, parce que sa bagnole est blindée, non?», aurait lancé l'un des «suspects». «Ouais, mais un RPG (lance-roquettes) te traverserait ça fastoche», aurait rétorqué un de ses collègues. La conversation, entendue par un témoin, aurait déclenché «l'alerte terroriste».

La police s'est refusée à commenter l'information.

Scotland Yard avait spectaculairement annoncé leur arrestation vendredi matin, indiquant que les six hommes agés de 26 à 50 ans étaient soupçonnés d'avoir «commandité, préparé ou inspiré» des actes de terrorisme en liaison avec la visite du souverain pontife au Royaume-Uni.

Précaution

«Il n'y avait aucune menace crédible», ont indiqué sous couvert de l'anonymat des sources policières à la BBC, au terme de la période légale de 48 heures de garde à vue.

«Il est probable que la police a agi rapidement, à titre de précaution», avait confié au Times l'ancien directeur-adjoint des opérations spéciales de Scotland Yard, Andy Hayman, exprimant à haute voix une opinion formulée sous couvert de l'anonymat par plusieurs responsables des services de sécurité.

D'autant que les six hommes travaillaient pour la société de nettoyage Veolia Environment, opérant dans le secteur du Parlement et de l'abbaye de Wesminster, deux lieux figurant sur le parcours officiel du souverain pontife en visite d'Etat au Royaume-Uni.

Le souverain pontife a imperturbablement poursuivi son voyage et son entourage a minimisé d'emblée l'alerte. «Nous n'avons jamais accordé une grande importance à ces arrestations», avait déclaré samedi le porte-parole du Vatican, Federico Lombardi.

Dernier jour

Ce dimanche est le dernier jour de la visite papale au Royaume-Uni. Benoît XVI doit célébrer une ultime grand-messe. Cinquante-cinq mille fidèles sont attendus pour la messe, durant laquelle le souverain pontife béatifiera John Henry Newman, un anglican converti au catholicisme au XIXe siècle.

Le déplacement papal de quatre jours, première visite d'Etat d'un pape au Royaume-Uni, a été pour partie consacrée au rapprochement des Eglise catholique et anglicane, près de cinq siècles après la rupture voulue par le roi anglais Henry VIII.

Après le scandale des prêtres pédophiles en Irlande, il a fait part de sa«honte» et de sa «profonde affliction» aux victimes.

Commenter cet article