/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba&lepoint

 

Les autorités guinéennes ont arrêté une dizaine de soldats liés au capitaine Moussa Dadis Camara, ex-homme fort du pays, en les accusant d'avoir déclenché une mutinerie, déclarent des responsables.

 



Camara a perdu le pouvoir qu'il exerçait à la tête d'une junte après avoir été blessé par un ancien aide de camp en décembre. Le pays connaît depuis une période de transition vers un régime civil dont ses voisins espèrent une stabilisation.

 



La mutinerie s'est produite mercredi au camp militaire de Kaleah, à 100 km environ à l'est de Conakry, où Camara passait pour faire entraîner l'an dernier une milice composée de membres de son ethnie, selon des responsables.

 


"Une dizaine de militaires, dont le lieutenant Marcel Guilavogui, l'ancien aide de camp adjoint du capitaine Moussa Dadis Camara, ont été arrêtés hier et détenus dans un camp de la gendarmerie", a indiqué une source militaire qui a requis l'anonymat.

 


"Ils sont soupçonnés d'avoir entretenu la mutinerie qui s'est déroulée avant-hier au camp de Kaleah. Ce sont ceux qui sont considérés comme les cerveaux qui ont été pris", a-t-on dit de même source. La plupart des arrestations ont eu lieu à Conakry.

 



Un responsable de la police a confirmé que la mutinerie avait provoqué des dégâts dans le camp militaire, les alliés de Camara ayant tenté de partir avec des armes qui y étaient entreposées.

 



Depuis la tentative d'assassinat qui le visait, Camara a été remplacé par son adjoint au sein de la junte, le général Sékouba Konaté, qui a nommé un Premier ministre civil en promettant des élections en juin et en s'efforçant de rétablir la discipline dans les rangs de l'armée.



L'une des premières décisions de Konaté a été de fermer le camp de Kaleah où, selon des sources militaires et humanitaires, des mercenaires sud-africains et israéliens ont entraîné l'an dernier une centaine de miliciens fidèles à Camara.

 



"L'ordre a été donné d'aller raser ce camp. Aucun trouble de ce genre ne sera plus toléré dans ce pays", a-t-on déclaré de source militaire.

 

Commenter cet article