/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

RusAl et l’Etat guinéen sont parvenus à la signature d’un document portant sur la création d’une commission paritaire, en vue de trouver une solution au litige qui les oppose depuis 2009, rapportent plusieurs sources concordantes.

« Les deux parties ont confirmé le caractère stratégique de leur partenariat et ont souhaité poursuivre la coopération qui les unit », a déclaré un haut cadre de la compagnie russe.

 

Selon les informations en notre possession, ladite commission paritaire va siéger à partir de Mars prochain.

 

Le numéro 1 mondial de l’alumine, RusAl, est accusé depuis 2009 par l’Etat guinéen d’avoir enfreint à la loi portant sur la privatisation des entreprises publiques en Guinée. Les nouvelles autorités du pays estimaient que la Guinée avait été lésé dans l’achat de la raffinerie d’alumine de Friguia en 2006 pour une valeur de 22 millions de dollars.

 

Le 10 septembre, cette décision avait été entérinée par celle d’un tribunal de Conakry qui s’était prononcé en faveur de l’annulation de la convention de cession.

 

En octobre, les gouvernements russe et guinéen avaient manifesté leur désir de se retrouver autour du dossier. « La Russie et la Guinée ont des liens historiques diversifiés. Ces derniers temps, les troubles et les problèmes soulevés par les autorités guinéennes actuelles concernant les actifs du groupe russe RusAl dans cet Etat africain compliquent le développement de ces relations. Les parties intéressées à la sauvegarde de la coopération, ont convenu d'organiser des consultations au niveau intergouvernemental afin de définir les perspectives et les modalités de la coopération entre la Russie et la Guinée dans le domaine économique », avait annoncé le porte-parole de la diplomatie russe Andreï Nesterenko.

 

Mais la situation s’était nettement dégradée par la suite, quand la Guinée a averti les souscripteurs d'actions du RusAl lors de son introduction à la bourse de Hongkong, brandissant les dettes que le géant russe lui reste redevable.

 

La compagnie russe avait de son côté menacé le ministre guinéen des Mines et de la Géologie, Mahmoud Thiam, de poursuites judiciaires.

 

Aujourd’hui les relations semblent reprendre leur cours normal.

 

"Nous sommes contents de voir nos relations avec les Guinéens, reprendre de nouveau. RusAl va poursuivre ses opérations en Guinée”, a rassuré le directeur de la Division Alumine de RusAl, Pavel Ovchinnikov.

Commenter cet article