GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Élection présidentielle en Guinée : Nouveau report du second tour

 

Le second tour de l’élection présidentielle en Guinée a été, une nouvelle fois, reporté à une date ultérieure. La Commission électorale nationale indépendante se dit incapable d’organiser le scrutin le 10 octobre prochain, à cause de problèmes d’ordre organisationnel.

Les électeurs guinéens devront encore prendre leur mal en patience. Le second tour de l’élection présidentielle, qui devait en principe avoir lieu le 10 octobre prochain, ne pourra pas se tenir à cette date. L’annonce a été faite par Thierno Seydou Bayo, porte-parole de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), selon une source proche de l’institution jointe lundi à Conakry. Le responsable de la Ceni invoque, entre autres raisons, le retard dans la mise en place du matériel électoral, notamment les cartes alphanumériques, et la coïncidence de la date du second tour avec le match entre le Syli national de Guinée et les Green Eagles du Nigeria comptant pour les éliminatoires de la Coupe Afrique des nations de football. Il estime que ce match capital pour l’équipe fanion de Guinée qui se jouera dans le mythique Stade du 28 Septembre, pourrait réduire le taux de participation des électeurs si le scrutin est maintenu à cette date.

En tous les cas, ce nouveau report du second tour de la présidentielle guinéenne constitue, à n’en pas douter, un coup dur pour tous ceux qui œuvrent pour l’instauration de la démocratie dans ce pays. Il traduit aussi le manque d’empressement des responsables de la Ceni en proie à des dissensions internes sur fond de rivalité ethnique, à organiser, au plus vite, le scrutin. Prévu initialement le 14 juillet dernier, la seconde manche de la présidentielle a été reportée à plusieurs reprises pour des raisons plus ou moins convaincantes.

Personne ne peut dire aujourd’hui, avec certitude, à quelle date se tiendra finalement ce second tour. Car, à chaque fois, c’est la même rengaine. La Ceni attend toujours les derniers jours pour réclamer un nouveau report du scrutin, sans pour autant tenir compte de l’avis des électeurs qui souhaitent en finir une fois pour toute, avec ce long et interminable processus électoral. Elle ne tient pas non plus compte de l’avis des observateurs internationaux, encore moins de celui des pays amis de la Guinée.

Le président de la transition, le général Sékouba Konaté, semble également exaspéré par cet enlisement du processus électoral. Dans un message radio télévisé, prononcé vendredi dernier à l’occasion du 52e anniversaire de l’accession de la Guinée à la souveraineté internationale, le 2 octobre 1958, il avait dit attendre avec impatience la proposition de la Ceni pour signer le décret convoquant les électeurs aux urnes. Il ne savait certainement pas que la date du 10 octobre prochain, qui avait été annoncée au lendemain du report du second tour initialement fixé pour le 19 septembre dernier, ne serait pas respectée.

Le général Konaté avait annoncé, à cette occasion, la création d’un Comité de suivi et d’évaluation du processus électoral pour faire décanter la situation. Il avait également convié les deux candidats en lice pour le second tour de la présidentielle, en l’occurrence Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé, à une rencontre tripartite pour tenter de désamorcer la tension politique qui couve dans le pays.

PRES DE DIX MILLE BUREAUX DE VOTE PRÉVUS POUR LE SECOND TOUR La ville de Conakry se taille la part du lion

La Ceni vient de rendre publique la liste des bureaux de vote pour le second tour. D’après le nouveau découpage électoral, le nombre de bureaux de vote passe de 6 261 à 9 955 répartis dans les 33 préfectures que compte le pays et à l’étranger. La capitale Conakry, qui compte à elle seule près d’un million d’électeurs, se taille ainsi la part du lion avec 1 441 bureaux de vote. Elle est suivie par les villes de Boké (411), Kindia (409), Labé (357), Faranah (325), Kankan (372), N’Zérékoré (352) et Mamou (309).

La forte communauté guinéenne résidant à l’étranger est également bien servie. Elle pourra accomplir son devoir civique dans 17 pays à travers le monde. Il s’agit, entre autres, notamment pour l’Afrique, de l’Angola, de la Côte d’Ivoire, du Gabon, de la Gambie, de la Guinée-Bissau, du Liberia, du Mali, du Maroc, du Nigeria, de la Sierra Léone, du Sénégal et au niveau occidental de l’Allemagne, de la Belgique, de l’Espagne, de la France, des Pays-Bas et des Etats-Unis.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article