/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

IFC va conseiller le gouvernement guinéen afin de structurer un partenariat public-privé pour la gestion d'Électricité de Guinée, la compagnie nationale de distribution d'électricité.

La société financière internationale (IFC), filiale de la banque mondiale dédiée au secteur privé, a conclu un accord de conseil avec le gouvernement guinéen, qui entend améliorer la performance d'Électricité de Guinée (EDG). L'institution aidera le gouvernement à identifier un opérateur privé qualifié en vue de lui attribuer un contrat de gestion de la compagnie nationale de distribution d'électricité.

"Un secteur de l'électricité efficace, associé à des investissements accrus et à une meilleure gestion de la distribution, est une composante essentielle à une économie guinéenne qui puisse attirer de nouveaux investissements et créer des emplois", a déclaré dans un communiqué Jean-Philippe Prosper, vice-président d'IFC pour l'Afrique subsaharienne, l'Amérique latine et les Caraïbes. La présence d'IFC dans le secteur énergétique guinéen devrait contribuer à attirer les investissements privés.

En mai 2012, la Banque mondiale avait, à travers l'Association internationale de développement (IDA), accordé un don d'un montant de 18,3 millions de dollars à la Guinée. Des fonds qui ont contribué au financement du Projet d'amélioration de l'efficacité du secteur de l'électricité (PAESE).

Secteur électrique

Les problèmes du secteur de l'énergie font partie des principaux obstacles à la croissance économique du pays. L'accès à l'électricité est très faible : 17 % dans les zones urbaines et 3 % dans les zones rurales. Ces problèmes sont essentiellement liés à la mauvaise performance d'EDG. La compagnie nationale souffre de différents problèmes, notamment au niveau de ses infrastructures.

Les coupures d'électricité, récurrentes en Guinée, ont provoqué en août 2013 de violentes manifestations au cours desquelles le siège d'EDG a notamment été saccagé et incendié. Suite à ces manifestations, la compagnie a signé un contrat de 10 millions de dollars avec le britannique Aggreko afin d'assurer la fourniture de 50 mégawatts pour une durée de six mois.

Commenter cet article