/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

Piqués par le virus de l’aventure, 15 jeunes sportifs guinéens ont décidé d’aller en Europe pour monnayer leurs talents dans le domaine du football. Mais pour tenter cette carrière professionnelle, rapporte le site lebanco.net, il leur fallait un visa Suisse. En transit à Abidjan, il y a quelques jours pour obtenir ce document, ces sportifs ont été abandonnés par leur parrain qui n’était qu’un vil escroc.

Pour parvenir à ses fins, le guide n’a pas manqué d’imagination. En effet, conscient que l’État helvétique n’a pas de représentation diplomatique en Guinée, ce dernier a proposé aux différents candidats au voyage de se rendre à Abidjan aux fins de disposer du précieux sésame. Un convoi par mini-car est organisé sur les bords de la Lagune Ebrié contre le paiement d’une forte somme d’argent.  Les parents des sportifs qui croyaient franchir la dernière étape pour permettre à leurs enfants d’entamer le voyage vers l’eldorado ne se font pas prier pour casser la tirelire. Ils paient chèrement le déplacement d’Abidjan en vue d’obtenir le visa. Mais, une fois dans la capitale économique ivoirienne, les sportifs guinéens voient leur espoir se briser. L’ambassade de Guinée en Côte d’Ivoire a fini par découvrir que tous les documents en leur possession étaient faux.

Le parrain, lui, n’a pas attendu que les choses se gâtent avant de prendre ses distances. Il a prétexté un retour rapide à Conakry en vue de régulariser la situation pour se fondre dans la nature. Quant aux candidats au voyage dont la moyenne d’âge est de 20 ans, ils ont profité de quelques insuffisances de l’ambassade de leur pays pour se ‘’chercher’’. Seul reste immobilisé dans la cour de la représentation diplomatique de Guinée, sise aux II-Plateaux, le mini- car de marque Toyota qui les a convoyés. L’aventure pour entamer une carrière professionnelle en Suisse a pris fin, pour ainsi dire,  à Abidjan.

En tout cas, les autorités ivoiriennes doivent redoubler de vigilance pour éviter que la Côte d’Ivoire serve de lieu de transit comme dans certains pays sahéliens.  

 

l'inter

Commenter cet article