GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Essai d’étude comparative Guinée-Rwanda: il n’ya pas de haine sans massacres

 

 

Pour commencer, je vais réfuter la thèse soutenue par certains « petits malins » se prenant pour des experts et analystes politiques et  qui grouillent certains sites encenseurs du président(les griots de Soundiata Keita au temps de l’internet). Leur thèse consiste à dire que si alpha condé avait péri dans son auto-attentat, des massacres de vengeance allaient survenir. À les lire, on a même l’impression qu’ils auraient voulu que leur idole soit mort afin que eux puissent donner le coup d’envoie des massacres et assister à un spectacle croustillant ! Je suis tenté de conseiller à alpha condé de se suicider en vrai s’il veut servir la cause des siens, il servira leur cause plus mort que vivant. La vérité est que condé mort ou vivant, les ingrédients des futurs massacres sont déjà réunis.

Aussi, certains trouveront ma tentative de faire une étude comparative Guinée-Rwanda excessive, voire insensée. Je comprends de telles positions, car moi aussi je m’interrogeais sur la pertinence d’un tel sujet, moi aussi j’ai hésité, mais je me suis dis que peut être des éléments semblables existent. Loin d’être un expert ou analyste de quoi que ce soit, mon objectif est simplement d’alerter les peuls, de décrire la logique, le cheminement d’une idéologie de la mort au sein d’un groupe qui veut liquider ses propres compatriotes. Il s’agira de décrire la situation qui a prévalu avant le génocide et qui a conduit au génocide des tutsis au RWANDA, et voir si la Guinée est dans cette situation en ce moment ou si elle s’approche dangereusement. Je compte aussi sur vos commentaires pour enrichir et corriger cet article.

Actuellement, la guinée dispose d’une constitution et des lois, mais sur la pyramide hiérarchique des normes (de Kelsen pour les juristes !), les lois non écrites adoptées par la coordination mandingue sont supra-constitutionnelles (c'est-à-dire au dessus de la constitution guinéenne). Cette coordination est devenue un Etat dans l’Etat ou encore la coordination de l’Etat guinéen ! Par conséquent, cette coordination du fait de son imbrication dans l’Etat, ne dénoncera jamais les crimes du régime actuel et poussera l’Etat guinéen vers l’irréparable.

 Pour le bien de tout le pays, je conseille la dissolution de toutes les coordinations, pour moi, d’une manière ou d’une autre, les coordinations guinéennes sont des agences de la haine soit par leurs actes soit par leur abstention et silence. 

La coordination mandingue, par ces actes, est la plus grande agence de la haine dans notre pays, elle rassemble de gens habillés d’amples boubous en bazin brodés, chapelet en main, croyant que la respectabilité vient des boubous, mais fondamentalement racistes jusqu'à la moelle des os. Le rapport de force de cette coordination par rapport au régime actuel, c’est comme le rapport entre l’ELYSEE(le palais présidentiel en France et symbole du pouvoir du président) et MATIGNON (résidence du premier ministre français) et le hic est que dans l’échelle des pouvoirs, la coordination mandingue est devenue l’ELYSEE(les décisions se prennent là) et le palais sekoutoureya est devenu MATIGNON (là ou on exécute les décisions prises à l’Elysées). Cette coordination est le laboratoire de la pensée tribale malinké et l’académie du racisme anti-peul.

 La coordination du fouta, elle est aussi une agence de haine par abstention, silence et naïveté. Elle ne  promeut pas la haine, mais elle garde le silence, encourage par ce silence nos ennemis à plus de mépris à notre égard, hypothèque l’avenir des jeunes du fouta.  Elle est composée de vieux totalement déconnectés de la réalité, croyant que tout est tranquille comme la savane dans leurs villages, prêchant la paix dans un désert. Et si les choses ne changent pas, bientôt cette coordination commencera à envoyer les 10 colas à alpha condé à chaque fois que ce dernier tuera des peuls. Cette coordination est par essence l’idiot utile du régime actuel. 

Concernant les coordinations forestière et basse-côtière, je m’attarderai pas là-dessus, parce que je pense que ces deux agences ne jouent pas un rôle déterminant, ce sont des complices involontaires. De façon imagée, elles ressemblent à un petit voyou qui accepte par crainte, de guetter moyennant rémunération(en nature ou offre de paix sociale momentanée) la rue pour des caïds afin que ces derniers puissent cambrioler le domicile du voisin. 

Maintenant revenons à notre sujet principal : RWANDA-GUINEE

Hassan ngeze  hutu, montre du doigt les tutsis dans son journal kangura comme responsables des maux du Rwanda, il estime que « 70% des riches sont tutsis »  et en Guinée, Facinet Touré parlant des peuls dira « Pour la quiétude de la société, les peuls n'ont qu'à se contenter du pouvoir économique; et les autres se partager le reste». Pour alpha condé, les commerçants peuls constituent le problèmes de la GUINEE.

Pour aller encore plus loin dans leur folie, les hutus vont rédiger et publier dans le Kangura (journal de propagande hutu) ce qu’ils appellent « les 10 commandements du Muhutu (hutu) (1)  » j’espère que MOISE appréciera la paraphrase de ses 10 commandements !

Le commandement n°5 stipule : « Les postes stratégiques tant politiques, administratifs, économiques, militaires et de sécurité doivent être confiés aux Bahutu. » ce commandement  n°5 existe en guinée même s’il n’est pas écrit et ce commandement est d’ailleurs ce qui se fait de mieux avec le régime actuel, je conseille à chacun de scruter les nominations de condeké !

Le commandement n°7 stipule : « Les Forces Armées Rwandaises doivent être exclusivement Hutu. » Là aussi, pas besoin d’interprétation pour qui connait l’armée guinéenne. Tous les grands officiers, généraux, les nouvelles recrues de l’armée guinéenne, les donsos etc.…

Le commandement n° 8 stipule : « Les Bahutu doivent cesser d'avoir pitié des Batutsi » A propos de ce commandement n°8, j’attire l’attention de tout le monde, sur le fait que de tout temps, de l’antiquité à nos jours et de quelque pays que vous regarderiez, vous verrez que parmi la communauté qui opprime, persécute et tue, il ya toujours eu une partie de cette communauté qui a secouru, soutenu, résisté à coté de la communauté persécutée, c’est ainsi qu’en Europe pendant la seconde guerre mondiale, en pleine razzia anti-juive, des français , allemands, et d’autres ont caché des juifs dans leurs maisons, les ont donné à manger et beaucoup de juifs ont été sauvé ainsi. Que ce soit en Allemagne ou en France, il y avait des voix qui s’étaient levées contre l’injustice faite aux juifs. Ce sont ces personnes là qu’on appelle en France « les justes » bref il ya toujours eu une partie de la communauté qui massacre qui s’est sentie offensée, qui s’est revolée, qui a levé la voix pour se désolidariser avec les siens massacreurs. L’inexistence d’une seule voix dissonante, d’un seul groupe qui lève la voix et dise stop aux siens parmi la communauté malinké, le silence d’acquiescement de cette communauté face aux injustices commises en son nom, est exceptionnel dans l’histoire de toute l’humanité. Même chez les hutus rédacteurs de ces commandements que nous venons d’évoquer, il ya eu des « justes » qui ont secouru, caché des tutsis pour les sauver, certains hutus dit modérés furent même tuer pour cela. 

Autre élément de comparaison, l’idéologie hutu exprimée par le  HUTU POWER: la création du hutu power, groupuscule proche du président Juvénal Habyarimana, dont l’idéologie est de prôner la suprématie des hutu, désigne les tutsis comme étrangers et préconisent même leur expulsion vers l’Ethiopie (2). En Guinée, Alhassane condé, évoquant la situation des peuls attaqués en haute guinée avait dit que les peuls ont été attaqués partout dans le pays parce qu’ils sont étrangers, et une fois devenu ministre, il précisera sa pensée à Cellou en demandant à celui-ci d’aller se faire voir en somalie et se battre avec les sebabs ! Pour la guinée aussi, nous assistons à la naissance du MANINKA- POWER. Le maninka-power vise l’instauration d’une suprématie malinké en Guinée et dans tous les secteurs (politique, administration, économie…) et cette idéologie est dictée par la coordination mandingue et certains hommes politiques.

En octobre 1990 plus précisément le 4, le président rwandais pour bénéficier de l’aide des puissances étrangères notamment la France avec laquelle le Rwanda a des accords de coopération militaire, pour lui permettre de briser la résistance du FPR (tutsis), simula une attaque militaire contre la capitale Kigali (3). A propos de cette mise en scène du président Rwandais, l’ambassadeur de France dans un télégramme daté du 12 mars 1991, s’interroge « le Président du FPR soutient la thèse selon laquelle la fusillade du 4 octobre 1990 à Kigali aurait été entièrement et unilatéralement provoquée par le Gouvernement rwandais

afin de justifier une répression massive de l’opposition intérieure… »Quant à la Guinée, condé  a eu droit à sa propre simulation d’attaque en moins de 6 mois au pouvoir, pour les mêmes objectifs : répression d’une ethnie, arrestations arbitraires, tortures, meurtres et obtention d’un blanc-seing de la part des puissants de ce monde.

Selon le rapport d’information de l’Assemblée nationale que nous venons d’évoquer, la mise en scène du président Habyarimana sur une chute imminente de la capitale Kigali  n’aurait pas suffit à décider la France à apporter son aide. De même que condeké n’a récolté que des soucis sur son auto-attentat ! Le rapport de l’OUA (ancêtre de l’UA) est péremptoire sur cette fantaisie du président Rwandais « En réalité l’attaque sur la capitale n’a jamais eu lieu. Les nombreux coups de feu que l’on a pu entendre dans la ville avaient été tirés par les troupes du gouvernement rwandais. L’événement avait été ainsi soigneusement mis en scène pour fournir des motifs crédibles d’accuser les Tutsi d’appuyer l’ennemi, et le ministre de la Justice porta cette accusation. En clamant l’épithète d’«ibyitso», qui signifie complice, il affirma que l’attaque de Kigali n’aurait pas pu être organisée sans alliés de l’intérieur [9]. Or, qui pouvait être plus suspecté que les Rwandais qui se trouvaient être du même groupe ethnique que les envahisseurs? Les arrestations commencèrent immédiatement et près de 13 000 personnes furent emprisonnées [10]. Parmi elles se trouvaient quelques opposants Hutu du régime, dont les arrestations avaient pour but soit de les faire taire, soit de les intimider pour gagner leur appui au Président (4).» Là encore on a le même mécanisme avec le maninka-power, alpha condé affirme sur RFI que «  ceux qui ont été arrêtés appartiennent à une certaine communauté » mais parmi les arrêtés, figurent quelques malinkés juste pour le besoin de la cause, pour la décoration de la liste des arrêtés, pour ne pas que certains petits malins disent « ce sont seulement les peuls qui sont visés » 

En outre, l’impunité est un élément de comparaison entre le HUTU-POWER et le MANINKA-POWER : Les hutus massacreurs des tutsis dans les années « 60,72 et 73 » n’avaient pas été sanctionnés et pire ces massacreurs de tutsis eurent même une promotion et continuèrent ainsi à propager leur haine contre les tutsis (5). Même situation en Guinée, tous les acteurs clés des massacres au stade du 28 septembre sont libres voire promus à une brillante carrière dans l’armée ou l’administration guinéenne, tout le monde a assisté bouche bée la décoration de PIVI Claude et nous savons tous que le nouveau pouvoir n’a aucune volonté politique d’arrêter et de juger les coupables des massacres du stade du 28 septembre. Maintenant imaginons que les victimes au stade étaient à 80% malinkés, Pivi aurait-il été décoré sous les yeux de la coordination mandingue ? Seule la coordination du fouta peut accepter cela !

Pour ne pas être trop, trop long pour les lecteurs de cet article, je vais m’arrêter là pour revenir à la charge un peu plus tard !

SOW ALPHA BOUBACAR

LILLE

1- Les 10 commandements sont disponible ici : http://rwanda.free.fr/docs1_j.htm
2- Source wikipedia
3- Rapport d’information de l’assemblée nationale n°1271 déposé par la mission d’information de la commission de la défense nationale et des forces armées et de la commission des affaires étrangères, sur les opérations militaires menées par la France, d’autres pays, et l’ONU au RWANDA entre 1990 et 1994, p.127, [en ligne], http://www.assemblee-nationale.fr/dossiers/rwanda/r1271.asp
4- Rapport sur le génocide au Rwanda de l’organisation de l’unité africaine, mai 2000, p. 57, [en ligne], http://www.africa-union.org/official_ documents/reports/OUA-Rapport sur le génocide au Rwanda.pdf
5- Rapport précité, p. 56
                                     Retrouvez cet article sur guineepresse.info
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article