GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Goby Condé, un ignoble boutefeu !

 

 

La reculade de Gobykhamé, le chauffard du tacot national aux trois roues et demie sur sa date du 30 juin prochain fixant unilatéralement les farces législatives, est une victoire de l’opposition guinéenne et de ses fanas qui ont fait bloc dans les manifestations de rue à Conakry et dans l’intérieur du pays pour désavouer le nouveau tyran de la Guinée. Une pensée pieuse pour tous ces innocents citoyens que les forces de désordre et les donjos de Sékoutoureya ont massacrés sur ordre exprès de Goby Condé. Ils ont assassiné près de 50 citoyens innocents de décembre 2010, date à laquelle ce dernier a usurpé le trône, à aujourd’hui.


Invité sur la grande matinale d’Africa n°1, le lundi 17 juin 2013, Goby dit attendre que la CENI, Commission electorale nationale indépendante, lui propose un nouveau calendrier électoral pour les législatives. « J’attends que la CENI me propose un chronogramme. » Et il courcaille sur un ton hypocrite : « J’ai dit à la CENI que je ne suis pas prêt à accepter les élections si les conditions techniques ne sont pas réunies. » Mais son intervieweur de l’acculer sur l’implosion de l’ethnocentrisme en Guinée. Alors Goby, l’ignoble boutefeu qui a attisé la haine ethnique en Guinée pour s’emparer du trône, lâche : « C’est une CENI politique. Ce n’est pas une CENI technique. La CENI telle que formée actuellement est inacceptable. » Et il fanfaronne : « Si vous voyez mon livre, je propose un gouvernement d’union nationale. Parce que même un petit parti peut créer la pagaille… » C’est ce charabia qui est sorti de la bouche même du boutefeu de Sékoutoureya.


Entre nous, ce n’est pas aisé d’écouter Goby parler à la radio ou sur une chaîne de télévision. Hé ! Il parle français comme une vache espagnole. C’est des phrases sans tête ni queue. Il hache tout. Quand on l’écoute c’est ce qui choque d’abord. Parce qu’il ne fait aucun effort de bien placer son dentier quand il mâchouille. Et puis son niveau de langue est nul et rappelle minablement celui de cet ex fesseur de la place d’Italie à Paris.


Didon ! Goby Condé parle mal français. Ensuite ce qui est rebutant chez lui c’est son culot à manipuler et à duper les esprits. Il dit « si vous voyez mon livre ». Son livre date de quelle époque ? Aurait-il récemment gribouillé un grimoire qu’il s’infatue à appeler « mon livre » et dans lequel il militerait pour un gouvernement d’union nationale ?


Ecoute Rachid N’diaye ! Tu es un journaliste qui a un certain talent. Tu es à tu et à toi avec ce boutefeu de Sékoutoureya. Dis-lui de mettre de l’eau dans sa fanfaronnade. Dis-lui d’avoir toujours à l’esprit que ce ne sont pas seulement ses zélés affidés qui l’écoutent quand il s’invite sur les ondes des radios étrangères. Des gens à l’esprit critique l’écoutent.


Quelques jours avant la tenue de la farce présidentielle guinéenne de décembre 2010, on l’a aidé à fabriquer une longuette interview que L’Harmattan a assemblée en un volume relié. Si c’est ce qu’il appelle livre, le dictionnaire Hachette et le Larousse lui donnent presque raison. Sinon qui connait Goby sait qu’il est incapable intellectuellement parlant de pondre un livre, un vrai. Tu diras qu’on lui fait là un faux procès.


Ok ! Parlons plus sérieux et parlons politique. Goby prétend que c’est Cellou Dalein Diallo, le leader de l’opposition guinéenne, qui a refusé et refuse toujours sa proposition de fabriquer « un gouvernement d’union nationale qui ne jouerait pas le jeu de l’opposition. » Wallahi ! Billahi ! Ce bout de phrase entre griffes est sorti de la bouche même de Goby Condé. Qu’est-ce que c’est qu’un gouvernement d’union nationale qui ne jouerait pas le jeu de l’opposition ? Voyez-vous ? Toute la conception de Goby de la politique est contenue dans ce bout de phrase. L’on vous dit qu’il ne supporte pas qu’on s’oppose à lui. Hé ! Ce n’est nullement que Goby veut simplement dire qu’il est prêt à écouter tous les partis, petits ou grands, pour s’entendre dans une gouvernance nationale et éviter qu’un quelconque club politique ne crée la pagaille dans le pays. Ce n’est pas du tout l’idée de Goby. Maintenant qu’il est au perchoir, il éprouve plutôt de la répugnance, du dégoût pour le statut de l’opposition. Est-ce dire que son club politique, le RPG, qui n’avait jamais accepté de siéger dans un gouvernement de Lansana Conté, était alors un parti de pagaille ? Goby est un inculte. Même sous les auspices d’un gouvernement d’union nationale, la Guinée a besoin d’une opposition républicaine, responsable, vertueuse et soucieuse du développement du pays et des citoyens. Une opposition qui s’oppose, qui critique, qui amende, qui veille à la bonne gouvernance, qui lutte contre la mafia chinoise qui pille nos forêts et contre les autres mafias qui bourgeonnent dans le bled, qui lutte contre l’enrichissement illicite des gouvernants, qui se bat pour l’emploi des jeunes et l’amélioration des conditions de vie des populations, qui bataille pour que le pouvoir respecte les droits de l’homme. Et ce dernier point est fondamental dans une démocratie. Or le droit de descendre dans la rue et de crier sa rage contre les excès de pouvoir n’est pas toléré par le régime tyrannique de Goby.


Toujours sur les ondes de la grande matinale d’Africa n°1, Goby argue une légitime défense de la part de ses soudards et de ses spadassins en tenues de policiers et de militaires qui tirent à balles réelles sur des manifestants qui leur auraient jeté des pierres. Mais… Goby ! A supposer même que les manifestants jettent des pierres à tous ces flics et bidasses et pandores ethnocentriques. Tu ne trouves pas la riposte de ces derniers disproportionnée ? Ils ripostent aux jets de pierre par des tirs à balles réelles. Et tu gouailles qu’ils ne vont pas se laisser caillasser sans riposter. Tu vois Goby ! Ce n’est nullement de la détestation contre ta carcasse que de te dire les yeux dans les yeux ceci : tu es nul en politique. Tu ne seras jamais un républicain.


Seulement des crapules au pouvoir ordonnent à des policiers « gnangamadi sofalés » de tirer à bout portant sur la jeunesse de leur pays. Goby ! Tu as une culture politique médiocre. Est-ce que tu n’as jamais entendu parler de cette visite mouvementée d’Abdou Diouf, alors président de la République du Sénégal, à Thiès ? Il s’était fait caillasser par une jeunesse très remontée dans cette ville du Sénégal. Mais Abdou Diouf s’était bien retenu d’ordonner à sa garde rapprochée de riposter par des tirs à balles réelles. Furax, il avait alors qualifié ces jeunes manifestants sénégalais de « jeunesse malsaine » avant de regretter peu de temps après son propos.


Goby ! Tu carcailles que Cellou Dalein Diallo a refusé ta proposition de gouvernement d’union nationale en déclarant à Dakar que vous n’êtes pas de la même culture politique. Réfléchis un tantinet sur ta méthode dictatoriale à mener le bled et les Guinéens et tu lui donneras presque raison. Si Cellou accepte de se compromettre comme ça dans un gouvernement d’union nationale et de cesser brusquement de réclamer justice pour les familles des manifestants tués depuis que tu as usurpé le pouvoir, il aura affaire aux Guinéens. Sachant d’ailleurs que ta proposition de gouvernement d’union nationale en vue de sortir la Guinée de l’ornière n’est pas sincère. En fait tu recules dans ton intransigeance à manigancer les législatives le 30 juin prochain pour mieux s’introniser à la présidentielle de 2015. Ça ressort de ce propos du philosophe que tu cites sur Africa n°1. L’on a juste noté l’essence du propos parce que tu prononces mal le français : tu laisses entendre que tu te soucies à régler d’abord les problèmes qui se posent à toi en ce moment avant de penser à la prochaine présidentielle. Les médecins t’ont rafistolé. Ils t’assurent la santé au-delà de 2015. Mais tension… Ta santé peut décliner d’ici là et en public tu continueras à tomber en pâmoison. L’on ne se fait pas d’illusion : l’on sait que même si tu agonises tu ne lâcheras pas le pouvoir. Tu t’es abreuvé à l’école d’Omar Bongo qui prodigue qu’« En Afrique on prend le pouvoir on ne le rend pas. » Heureusement que la mort existe. Sinon cette terre serait vraiment un enfer à cause des crapules de ton espèce.

 

L’on te plaint Goby ! Non seulement tu es inintelligent politiquement parlant. En plus tu es mal entouré. Tu es entouré de fripons, de minables, d’individus à l’esprit de lucre, de catins et de soubrettes, de magouilleurs qui n’osent pas te dire la vérité les yeux dans les yeux. Ils cherchent tous à vivre, à se remplir les poches. Ils n’ont aucune conscience, aucune morale. Des imbéciles qui te donnent aujourd’hui raison d’absolutiser ton pouvoir, de tuer des manifestants qui sapent ton régime politique. Après toi, ils rouleront encore pour ton successeur sans avoir quelque chose sur la conscience. Et c’est exactement le cas de Malick Sankhon qui, certainement pour apporter de l’animation et de l’amusement dans ta cour, trimbale le leader de l’opposition, Cellou Dalein Diallo qui est le souffre-douleur de ton régime absolutiste, devant le tribunal de Dixinn pour une farfelue histoire de diffamation. Et le tribunal de débouter Malick Sankon, un vil aigrefin, de sa vexation. Non satisfait, tu envoies tes flics casser les militants et les sympathisants de Cellou et saupoudrer son domicile de gaz lacrymogène. Et voilà que Cellou Dalein Diallo menace à juste raison de suspendre sa participation au dialogue politique dans le patelin. Bravo ! Tes courtisans t’aident à semer le bordel, la pagaille dans le pays. Mais sache qu’ils ne t’aiment pas. Ils sont tes véritables ennemis. Ils comprennent enfin que le fait de t’avoir aidé à usurper le pouvoir c’est comme donner de la confiture à des cochons. Alors ils t’aident à saboter ton propre régime, et demain ils seront en tête de ceux qui te critiqueront. Parce que tu es incapable d’apprécier la vraie valeur d’une République.


Ecoute, Goby ! Fais gaffe avec ceux et celles qui papillonnent autour de toi et t’encouragent à faire du mal aux populations guinéennes.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article