/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par Ben Pépito

 

Afakoudou ! Ce parachutage de Alpha Condé aux commandes du bled n’est pas très folichon. Ce gredin ivre de pouvoir se retrouve ainsi à la tête de la Guinée par le truchement d’une mascarade électoraliste. Sans surprise aucune, la Cours Suprême l’intronisera au trône pour un mandat de 5 ans.

Et M. Mamadou Billo Sy Savané « souhaite que le nouveau président ait une pratique pédagogique du pouvoir, susceptible d’être revendiquée avec fierté par tous les Guinéens. » Ah, non M. Savané ! Nous ne faisons pas chorus avec vous sur cette idée. Bien sûr que vous êtes libre de professer et de revendiquer vos idées. Mais cette idée de « pratique pédagogique du pouvoir, susceptible d’être revendiquée avec fierté par tous les Guinéens » nous gêne et nous donne le tournis. Parce que, nous autres avons horreur de l’unanimisme politique qui est par essence hostile à tout progrès social et économique.

L’unanimisme politique engendre l’autoritarisme, empêche l’éclosion des idées et des compétences, oblige à accepter ou à se contenter de la pensée unique comme raison d’être. On se félicite fort heureusement que partout dans le monde on fait le deuil de cette idée anti-progressiste.

Nous luttons et œuvrons pour la démocratie, la justice et la liberté en Guinée. N’est-ce pas ? Ah, non ! On ne vous apprend rien. Seulement votre idée là nous laisse complètement pantois.

Vous dites bien que vous n’avez jamais rencontré Alpha Condé. Ok !

Nous autres, avons approché Condé Alpha. Nous l’avons humé. Nous l’avons respiré. Nous avons ferraillé à son temps dans les colonnes du groupe de presse Le Lynx-LA LANCE pour sa remise en liberté lors de son mémorable procès. Absolument. Même le diable a droit à un procès juste et équitable. Rassurez-vous qu’on ne fera pas à Condé Alpha un procès d’intention. D’ailleurs ce n’est pas notre genre. Pour autant on ne se départira pas de nos critiques pour décrier son autoritarisme dans son pouvoir de président du patelin.

Condé Alpha est un ethnocentrique, un rouleur de mécanique, un manipulateur politique de haute volée. Après avoir attisé la haine ethnique pour s’emparer du trône avec la connivence des bidasses galonnés Sékouba Konaté du CNDD et Siaka Toumani Sangaré de la CENI, et le finaud de la politique guinéenne qu’est Jean-Marie Doré, Condé Alpha accuse maintenant les autres d’être des instigateurs à l’ethnocentrisme.

Dans le Figaro du 17 novembre dernier, son intervieweur relance sa question sur l’ethnocentrisme en lui faisant remarquer ceci : « Les divisions ethniques sont tout de même profondes…» en Guinée. Lisez la réponse baroque du président du RPG : « Les tensions sont dues à des manipulations. Il existe dans ce pays une mafia qui importe frauduleusement des denrées, spécule sur le riz. Ils se sont emparés du commerce et veulent défendre leurs intérêts. Il est très facile de manipuler une poignée de jeunes. L’ethnocentrisme est l’arme de ceux qui n’ont pas d’idées. » Diantre !

Belle esquive sur la nature profonde de la question. Au bout du bout ce qui revient à dire que Condé Alpha est lui-même un gredin, un combinard politique qui n’a pas d’idées et qui a lui-même ostensiblement grenouillé sur fond d’ethnocentrisme jusqu’à arracher le trône.

Dit, Condé Alpha ? Qui a été le principal instigateur de la chasse aux peuls en Haute Guinée les empêchant du coup de mettre leurs bulletins de vote dans les urnes en faveur de Cellou ? Qui a martelé à la télévision nationale à l’heure d’une grande écoute pendant cette présidentielle truquée de bout en bout que « Tout Malinké qui ne militerait pas au RPG est un bâtard ? » Toi. Est-ce que tous ceux qui s’opposeraient à ton futur régime seront aussi des bâtards à tes yeux ?

Condé Alpha, tu es un cancre indécrottable. On se rend vraiment compte que M. Savané ne t’a jamais approché. Sinon il comprendrait vite le sens politique de ta visite chez Idrissa Touré à Sandervalia qui a lâché ses loubards dans les rues de Cona-crimes pour te chanter et insulter en sourdine Sidya Touré et Cellou Dalein Diallo.

Georges Balandier a raison : « Les manifestations du pouvoir s’accrochent mal de la simplicité. » Accéder au pouvoir, c’est occuper le devant de la scène, paraître, tâter son populisme par un bain de foule, s’infatuer dans les rues.

Alpha Condé ne se départit toujours pas de cette illusion délirante d’être le centre d’intérêt de tous. Il souffre d’érotomanie. Nous le disons sans méchanceté et sans rancœur. Il ne possède pas les compétences intellectuelles et techniques pour sortir la Guinée de ses gouffres même pour deux mandats à la tête de la Guinée comme il le réclame d’ores et déjà. Ça va péter ! Il joue déjà à la théâtrocratie dans les rues de Sandervalia aux côtés de Idrissa Touré promis gouverneur de Cona-crimes afin que celui-ci passe les opposants peuls à la casserole à défaut de pouvoir les précipiter dans des puits. Comme au temps de Momo Jo qui précipitait les opposants peuls à la dictature de Sékou Touré et de son Parti des Geôles (PDG) dans des puits à Cona-crimes.

Mborré ! Ne vous faites pas des illusions. Alpha Condé n’est pas le messie que l’on attendait. Scrutez bien son entourage et vous vous rendrez compte que rien ne changera dans notre vie de merde. Le merdeux restera un merdeux qui vivra toujours de débrouillardise.

Kassory Fofana, l’ex play-boy du ministère de l’économie et des Finances, le malhonnête Ousmane Kaba, le stratège Kiridi Bangoura, le serpentin Goureyssi Condé, Diahannama Kouyaté, tous des anciens ministres de Lansana Conté, vont revenir aux affaires.

Jean-Marie Doré aura bien sûr sa part du gâteau. Idem pour Mansour Kaba qui aura maintenant les coudées franches de régionaliser et d’ethniciser à volonté son futur ministère en charge. La méritocratie à la poubelle. Il faudra surtout récompenser ceux qui ont eu le flair que cette magouille électoraliste allait porter le gourou du RPG au pouvoir, et qui l’ont prestement entouré et soutenu. L’on vous dit qu’il y aura plus de Woba Woba que de changement palpable dans 5 ans ou 10 ans.

Disons, en paraphrasant Alejo Carpentier dans son livre : « Le Recours de la méthode », que ce frac présidentiel a beau être coupé, sur le dos de Condé Alpha pour le maquignonner, il demeure inéluctablement un frac de prestidigitateur.

Didon ! On ne peut parler de démocratie sans assister au déploiement d’une opposition face au pouvoir. C’est à Cellou Dalein Diallo et à l’opposition guinéenne de déployer sur le terrain politique un contre-pouvoir pour exister. Se tourner les pouces dans un gouvernement sous la houlette de Condé Alpha ne doit pas impliquer que les futurs ministres potiches tirés de l’opposition doivent s’abstenir de toutes critiques et se rendre complices d’actions louches et non républicaines.

D’ailleurs le politiquement conseillé et utile dans l’avenir c’est de refuser l’entrisme et de développer aussitôt un contre-pouvoir productif, attentif, futuriste et fécond. Il faut continuer la bataille démocratique en restant hors de la sphère du pouvoir de Condé Alpha. Il y a des droits et des libertés à arracher dans les jours et mois à venir. Si vous vous mettez sous la coupole de son autoritarisme ou si nous le laissons faire, il va tout verrouiller et mourir au pouvoir comme ses prédécesseurs. La tyrannie sommeille en lui.

Dès après l’intronisation du condottiere du RPG au trône, les opposants doivent aussitôt réclamer l’envoie devant le Tribunal Pénal International de Idrissa Diaby, des boyards du CNDD dont Sékouba Konaté, Aboubacar Toumba Diakité, Hâman Claude Goliath Pivi, Moussa Dadis Camara.

En fait dans le deal politique mariné entre Condé Alpha et Konaté Sékouba, il est question de soustraire celui-ci de toutes poursuites judiciaires en le scotchant à un maroquin de complaisance. Or Konaté Sékouba a bel et bien une part de responsabilité dans les massacres d’opposants aux mains nues au stade du 28 septembre le 28 septembre 2009. Il doit immanquablement s’expliquer devant le TPI.

Nous sommes presque d’accord avec Condé Alpha qu’il faut sabrer dans le budget de l’armée guinéenne. « L’armée est un véritable problème. Elle capte près de 30% du budget. C’est trop. Bien sûr, il faudra envoyer beaucoup de militaires à la retraite. » Ah, oui ! Afakoudou ! Tu n’as pas tout à fait tort de balancer ce gnon dans la gueule de l’armée guinéenne qui ne se compose que de salopards, de violeurs de manifestantes, de loubards, de ngnangamadis sofalés. Elle n’a jamais été républicaine. Plutôt un support, un soubassement pour les différentes dictatures qui se sont succédé au trône.

L’autre véritable « porboulème » c’est qu’elle t’a toujours servi, toi aussi, à t’approcher du trône. La violence pour accéder au pouvoir a constamment été ta marotte. Au finish, c’est la violence qui te porte au pouvoir et libres à certains de te féliciter et de devancer la factice Cours Suprême en te flanquant une légitimité qui n’en sera pas une pour « tous ».

Hé, Alpha Condé ! Tu aimes te mettre en valeur et dire à qui veut t’écouter que tu es généreux, que tu as un cœur d’or, que tu n’es pas rancunier. Tu as distribué des promesses à tout le monde. Surtout tiens celle que tu as faite à Ben Daouda Sylla qui clabaude comme un canidé dans ses reportages entrelardés de haine viscérale contre les peuls avec des mots ampoulés et des phrases vides de bon sens et d’impartialité dans le traitement de l’info sur Africa n°1. Il pourrait faire école auprès de Louis Auguste Le Roy pour apprendre le maniement de la brosse à reluire pour tes souliers présidentiels. 
Moussa Dadis Camara lui avait promis de le bombarder directeur de la RTG. Mais Aboubacar Toumba Diakité, ce bourreau du stade du 28 septembre, avait fait fourrer le topo en visant mal avec son pétard la tête de Dadis Camara parce que celui-ci avait décidé subitement de le livrer au TPI. 
Il faut récompenser Ben Daouda Sylla qui a vraiment mouillé et mouille impertinemment le maillot pour toi. Il propage avec force sur Africa n°1 l’idée politique selon laquelle qu’il faut museler les radios privées qui appellent ainsi à la résistance des peuls que tes partisans provoquent et cherchent à précipiter dans des puits ou à massacrer. 
Il faudrait aussi que Africa n°1 change de correspondant en Guinée ou qu’on ferme carrément son antenne là-bas. Ben Daouda sylla est trop partisan. Ses chefs hiérarchiques, qui s’en ont certainement rendu compte, ne devaient pas lui lâcher la bride dans la couverture médiatique de cette présidentielle émaillés de fraudes, de mascarades, d’harcèlement et de persécution des militants de l’UFDG.

Tiens, Condé Alpha ! Dis avant qu’on oublie ! Quelles vont être les critères de mise à la retraite dans les casernes guinéennes ? Combien de ressortissants de la moyenne Guinée, de la région forestière, de la Basse Guinée, et de la Haute Guinée seront jetés à la poubelle ? Est-ce que le pourcentage entre ces ressortissants sera équitable et impartial ? Parait que tu veux forger une armée ethno et loyaliste pour veiller sur ta sécurité dans le bled. A ton commandement !

Commenter cet article