/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

Les autorités en Guinée ont arrêté deux hauts responsables de la société minière BSGR, dans le cadre de la lutte contre la corruption dans le secteur minier.

Selon un communiqué du gouvernement, les deux employés sont Ibrahima Sory Touré, vice-président et directeur des relations publiques, et Issaga Bangoura, responsable de la sécurité.


BSGR, société du milliardaire israélien Benny Steinmetz, est accusée par le gouvernement guinéen de corruption dans l'acquisition des blocs 1 et 2 du gisement Simandou, et plus spécifiquement d’avoir offert des pots-de-vin à des officiels et à Mamadie Touré pour remporter en 2010 une licence lui permettant de développer la moitié nord du gigantesque gisement de minerai de fer de Simandou.Ibrahima Sory Touré est le frère de Mamadie Touré, l'épouse de l’ancien président Lansana Conté, qui vit actuellement aux Etats-Unis.

Les deux personnes arrêtées sont considérées comme des témoins clefs, devant être entendues dans le cadre de cette affaire, précise le communiqué du gouvernement.

L’avocat d’Ibrahima Sory Touré, Momo Sacko, a déclaré à l’agence Reuters que son client était actuellement interrogé au sujet de BSGR, et qu’il n’avait pas pour l’instant été inculpé.

Au cours des prochaines semaines, une commission mise sur pied par le gouvernement guinéen pour examiner la légalité des licences minières devrait publier ses conclusions au sujet de BSGR, qui a noué un partenariat avec le groupe minier brésilien Vale pour développer ces concessions.

Aucune inculpation n’a été prononcée en Guinée dans ce dossier, mais la justice américaine enquête également sur les pratiques de BSGR en Guinée.

Frédéric Cilins, un homme d’affaire français, a été arrêté aux Etats-Unis la semaine dernière.

Ce proche du patron de BSGR est accusé d’obstruction à la justice, de tentative de destruction de preuves, et de subornation de témoin.

L'acquisition de contrats miniers en Guinée a souvent été entourée d’opacité, dénoncée par nombre d’observateurs.

 

bbc

Commenter cet article