GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: des cas de viols par des militaires rapportés à Labé

 

Des femmes ont été violées par des militaires, dans la ville guinéenne de Labé (nord), juste après la proclamation des résultats du second tour de l'élection présidentielle, le 15 novembre, a appris lundi l'AFP de source médicale et auprès de témoins. 
"J'ai connaissance de deux femmes violées, qui sont actuellement à l'hôpital. Elles déclarent avoir été enlevées, violentées et violées par des militaires, l'une d'elle a été séquestrée pendant quatre jours", a affirmé sous couvert de l'anonymat une source médicale de Labé, interrogée depuis Conakry.
"L'autre a été séquestrée et violée pendant une nuit, menacée de mort, puis ramenée chez elle", a ajouté cette source.
Idrissa Sampirin Diallo, militant à Labé de l'Organisation guinéenne de défense des droits de l'Homme (OGDH) et rédacteur en chef d'une radio locale, Espace FM, a déclaré avoir rencontré lundi ces deux femmes à l'hôpital.
"L'une d'elles a été kidnappée, avec cinq autres femmes, par des militaires qui les ont emmenées dans un véhicule pick-up vers un bâtiment de la périphérie de la ville où elles ont été battues et violées", a-t-il déclaré.
Le père de l'une des victimes, Mohamed Diallo, a raconté à l'AFP que "le soir de la proclamation des résultats", sa fille avait "vu un attroupement". "Elle s'était approchée et avait été emmenée par des militaires. Elle a été retenue pendant la nuit, violentée, blessée à coups de couteau, battue et violée", a-t-il dit. 
Bano Barry, professeur d'université de Conakry qui a de la famille à Labé, a également indiqué qu'après la proclamation des résultats de la présidentielle, on lui avait rapporté que "des militaires avaient raflé des femmes qui avaient été séquestrées dans des maisons. Ils s'étaient relayés pour les violer".
Selon les résultats provisoires proclamés le 15 novembre, l'opposant historique Alpha Condé l'a emporté avec 52,5% des voix, contre 47,5% à l'ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo.
La ville de Labé est située en Moyenne-Guinée, région en majorité peuplée de Peuls, l'ethnie du candidat battu. 
La semaine dernière, des organisations indépendantes avaient accusé les forces de l'ordre d'avoir mené des "attaques systématiques" contre les militants du parti de M. Diallo, "principalement associé au groupe ethnique peul", notamment en Moyenne-Guinée. Selon International Crisis Group, un observateur à Labé avait rapporté que "des soldats armés y menaçaient ouvertement les civils".
Le 28 septembre 2009, au moment du massacre de plus de 150 opposants dans un stade de Conakry, des dizaines de femmes avaient été violées par des soldats.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article