/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

La journée du vendredi 28 septembre 2012 a été marquée par des graves incidents entre les forces de l’ordre et des manifestants de l’opposition lors des funérailles des deux victimes des échauffourées du 21 septembre dernier à Madina et en haute banlieue de Conakry au lendemain de la marche pacifique de l’opposition sur l’autoroute Fidel Castro. 

L’essentiel des affrontements de ce vendredi 28 septembre 2012 a eu lieu sur la route dite "le prince" dans la commune de Ratoma, quartier favorable à l’opposition guinéenne. 

Lorsque le cortège funèbre est arrivé au quartier Handallaye qui abrite le siège du RPG d’Alpha Condé avec à sa tête les leaders de l’opposition comme : Cellou Dalein Diallo de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Lansana Kouyaté du Parti de l’Espoir pour le Développement National (PEDN), Fodé Mohamed Soumah de la Génération Citoyenne (GECI) et Faya Millimono, les jets de pierre ont commencé, d’une part entre des militants du RPG et ceux de l’opposition et d’autre part entre les forces de l’ordre et les manifestants de l’opposition. 

Des jets de pierre aussitôt suivis par des gaz lacrymogènes des gendarmes pour disperser la foule. Le premier bilan fourni par l’opposition selon Faya Millimono fait état de plusieurs blessés graves dont deux par balles au niveau de Bomboly dans la commune de Ratoma et les vitres des deux voitures du cortège brises.

Des informations démenties par le porte -parole du haut commandement de la gendarmerie nationale Mamadou Alpha Barry joint au téléphone par la rédaction de koaci, toutefois il reconnait que les gendarmes ont utilisés des gaz lacrymogènes pour tenter de disperser la foule après l’enterrement des deux cadavres de l’opposition au cimetière de soloprimo dans la commune de Ratoma.

Dans sa communication, le commandant Baldé affirme haut et fort que la gendarmerie guinéenne n’a jamais usée d’armée de guerre avant de terminer en répondant à Faya Millimono en ces termes : « Moi en tant que porte-parole du commandement de la gendarmerie, je défends les couleurs Rouge, Jaune, Vert de mon pays et Faya Millimono défend quoi ? Alors qu’il arrête d’attaquer la gendarmerie ».

A rappeler que ces incidents interviennent au lendemain d’un appel au calme du premier iman de la grande Mosquée Fayçal demandant aux familles des victimes d’enterrer leur fils dans les quartiers sans la mobilisation de la foule à travers un cortège funèbre.

A signaler que la tension est palpable ce samedi en haute banlieue surtout dans la commune de Ratoma avec une forte présence des gendarmes au niveau des grands carrefours. 

 

koaci.com

Commenter cet article