GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: Des vols à mains armées et des assassinats provoquent la psychose chez les habitants de N'Zérékoré

 

N'Zérékoré, grande métropole de la Guinée forestière est en proie à une insécurité ces derniers temps, et le braquage d'une dizaine de magasins dans le grand marché de la ville perpétré dans la nuit du 3 octobre, et l'assassinat d'un vigile ce vendredi, ont rajouté à la psychose provoquée par cette criminalité chez les populations.

Les habitants de N'Zérékoré vivent de nouveau la peur au ventre, avec ces bandits qui écument cette ville de près de 200 mille habitants, située à près de 1 000 kilomètres de la capitale. Car l'insécurité cette ville en connait sous toutes ses formes.

Il y a tout d'abord les attaques qui visent les conducteurs de taxi motos dont certains sont "tués et dépouillés" de leurs engins, par des bandits, qui les attirent dans des pièges, en se faisant passer pour des clients, selon des sources policières.

Il y a aussi ces braquages de voitures et de commerces enregistrés souvent dans la ville.

Les derniers cas en date ont été commis dans la nuit du 3 octobre, lorsque des hommes armés et portant des "tenues militaires", d'après des sources concordantes ont fait irruption dans le marché principal de N'Zérékoré pour vider une dizaine de magasins de leurs contenus.

Puis quarante huit heures après ces attaques, c'est le corps d'un vigile égorgé qui a été retrouvé dans la cité, d'après nos informations, acte qualifié de "crime crapuleux" par des sources proches de l'enquête.

Pour le moment, ceux qui ont commis ces forfaitures courent toujours. Il faut souligner que la vague d'insécurité qui frappe N'Zérékoré est liée à la proximité de cette ville à la Côte d'Ivoire, au Liberia et à la Sierra Leone, des pays de la sous région qui ont été le théâtre de guerre civile, durant ces dernières années.

Cette partie du sud de la Guinée avait enregistré près de 1 millions de réfugiés ayant fuit principalement le Liberia et le Sierra Leone, durant la décennie 90, selon des sources humanitaires.

La porosité des frontières aidant à la circulation des armes légères, cela favoriserait aussi la montée de la criminalité dans la région forestière.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article