GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: Dialogue pour la réconciliation nationale

 

 Le président guinéen, Alpha Condé, a créé, lundi, une Commission provisoire de réconciliation nationale, co-présidée par l'imam ratib et l'archevêque de Conakry, Mamadou Saliou Camara et Mgr Vincent Coulibaly, a-t-on annoncé de source officielle. Le Premier ministre, Mohamed Saïd Fofana, qui intervenait à la télévision nationale, a indiqué que les deux hommes religieux étaient chargés de prendre contact rapidement avec les sages des quatre régions naturelles du pays en vue d'amorcer le dialogue dans la perspective de la réconciliation nationale.

Il a en outre assuré que 'la commission nationale prenait immédiatement fonction' en vue de proposer au chef de l'Etat dans un bref délai des solutions concrètes allant dans le sens de la réconciliation nationale.

M. Fofana a également annoncé que le chef de l'Etat avait accepté d'accorder la grâce à toutes les personnes interpellées lors de l'accueil, le 3 avril dernier, à l'aéroport international de Conakry-Gbessia, du leader de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, candidat malheureux à la présidentielle de décembre qui revenait d'un séjour de plusieurs mois à l'étranger.

Il a précisé que la grâce présidentielle était consécutive aux repentirs des personnes mises en cause, plus de 40, et des garanties et assurances données par leurs proches qui auraient promis qu'ils seront désormais vigilants aux côtés de leurs parents, sympathisants de l'UFDG.

Le chef de l'Etat, qui s'entretenait peu avant avec les diamantaires et orpailleurs guinéens a réitéré son souci de parvenir à réconcilier les Guinéens, même s'il admet que la tâche ne sera pas facile.

'Il n’est pas facile que les auteurs des dénonciations des personnes emprisonnées et tuées sous les précédents régimes puissent reconnaître publiquement leurs forfaits avant de bénéficier du pardon des parents et proches de ces personnes décédées ou assassinées dans les geôles', a-t-il déclaré.

Le président Condé a précisé à l'endroit de ses interlocuteurs que 'seule la justice fera son travail' dans la récente tentative d'assassinat perpétrée sur sa personne, ajoutant que 'les droits des personnes arrêtées seront respectés'.

'Le tissu social est devenu encore plus fragile dans le pays depuis la tentative d’assassinat, le 18 juillet dernier, du président de la République, en sa résidence privée (…)', a souligné un observateur.

On rappelle que dans son discours d’investiture en décembre dernier, le président Condé avait annoncé la mise sur pied d'une Commission-Vérité-Réconciliation pour permettre au pays de repartir sur de bonnes bases.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article