GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: Dr. Ousmane Kaba quitte l’UFR et lance le PLUS

http://www.aujourdhui-en-guinee.com/images/art14/calb258Dr_Ousmane_png.png

 

« Le visage politique guinéen actuel n’est pas satisfaisant », c’est le constat de Dr Ousmane Kaba fondateur de l’université Kofi Annan, à l’occasion du lancement de son parti le 25 mars à Conakry. Formé il y a une semaine, le parti s’appelle le PLUS (Parti Libéral pour l’Unité et la Solidarité) et a pour slogan Plus de prospérité, sans corruption dans un pays démocratique. Cet ancien ministre du Plan et de la coopération internationale du Gouvernement de Sidya Touré en 1996, était il y a 10 ans, l’un des membres influents du bureau exécutif de l’UFR (Union des forces républicaines). Il pense que la corruption est l’un des thèmes sur lesquels le débat politique devrait être porté « plus vigoureusement par les politiciens » qui l’ont précédé à la tête de partis politiques.

 

 

Pourquoi a-t-il attendu maintenant pour lutter contre la corruption ? Dr. Kaba répond sèchement : « Parce que c’est maintenant que la corruption a atteint des sommets » Selon lui, le problème de la Guinée est la corruption. Il prône le dialogue pour un consensus, de la transparence, la défense des droits de l’homme pour une démocratie caractérisée par l’alternance.

 

Dr. Ousmane Kaba croit que son parti n’est pas en retard sur l’arène politique et promet que les « intellectuels seront intégrés dans le PLUS. Parce que dit-il, l’un des problèmes de la Guinée est dû au fait que les intellectuels se sont retirés ou ont été retirés du débat politique et des centres de décision. » Il dit tendre la main aux Guinéens de l’étranger qui « sont une force de proposition, une force d’investissement dans ce pays. »

 

 

Mais pourquoi a-t-il quitté l’UFR ? M. Kaba rappelle qu’il est l’un des membres fondateurs de l’UFR et a partagé la même vision politique et de gestion économique avec l’ancien Premier ministre Sidya Touré pour la démocratie en Guinée. Et d’ajouter « qu’on a eu quelques différences d’appréciation sur l’importance qu’il faille accorder à la lutte contre la corruption, la gabegie financière et les audits. » Dr Kaba dit tout de même qu’il garde de bonnes relations d’amitié avec Sidya Touré. 

 


Il est à signaler qu’il est le vice-président du comité d’audit instauré par la junte du CNDD. À propos, M. Kaba dit: « Nous avons travaillé. Nous n’avons pas fini de faire tout ce qui nous a été confié, mais nous avons quand même fini un certain nombre de dossiers. Mais je ne peux en dire plus. Parce que la primeur revient au Président de ce Comité qui est en même temps Président de la République par intérim. »

 

 

Il croit qu’on audite les dossiers non les personnes et qu’à tout moment on peut le faire. « L’audit est une affaire professionnelle, contrairement à ce que pensent certains. Il n’y a jamais d’affirmation gratuite, il n’y a pas d’avis personnel. Si à cela que les gens pensent, ils seront déçus par les résultats, parce que nous, nous n’allons derrière personne. Et nous nous sommes pas des juges. Il ne faut pas dire aussi bientôt les élections, donc il n’y aura d’audits, » précise Ousmane Kaba.
Il dit ne pas pouvoir mener parallèlement la vice-présidence du Comité d’audit instauré par le CNDD et la Présidence du PLUS. Mais il estime qu’un politicien tout comme un individu peut être touché par un audit, c’est selon un dossier déterminé.

 

 

La question de la candidature aux élections programmées le 27 juin sera discutée au sein du parti dans les prochains jours. « Pour l’heure nous vous parlons du lancement de notre parti, » conclut l’un des membres du bureau exécutif.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K

Dr ousmane kaba est un fils digne qui aime son pays
Répondre