GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: élections législatives le 8 juillet

 

Les élections législatives en Guinée, reportées depuis des mois faute de consensus entre le pouvoir et l'opposition, auront lieu le 8 juillet, a annoncé jeudi le président de la commission électorale nationale indépendante (Céni), Loucéni Camara.

Devant la presse, M. Camara a annoncé que les travaux de la Céni, interrompus fin décembre 2011, reprenaient dès jeudi avec l'audit du fichier électoral qui s'achèvera le 15 mars, suivi de la révision des listes électorales et de la publication des listes révisées en mai.

Des élections législatives devaient avoir lieu six mois après l'installation du nouveau président élu en novembre 2010, Alpha Condé, mais elles ont été sans cesse reportées. Initialement prévues le 29 décembre 2011, elles ont été depuis lors repoussées sine die.

Plus tôt jeudi, l'Union européenne (UE) avait averti que sans législatives démocratiques elle ne débloquerait pas d'aide au pays.

S'il n'y pas d'élections démocratiques, l'UE ne débloquera pas l'aide à la Guinée, a mis en garde Sean Doyle, chef de la division Afrique de l'ouest de l'UE, lors d'un point de presse à l'issue d'une mission de travail de trois jours en Guinée.

M. Doyle a notamment rencontré le président Alpha Condé, le Premier ministre Mohamed Saïd Fofana et des représentants des principaux partis de l'opposition et de la société civile.

L'important c'est surtout que les gens puissent voter, afin d'accompagner la Guinée dans cette étape finale de la transition politique et vers la consolidation de l'état de droit et de la démocratie, a-t-il ajouté.

La mission s'est aussi entretenue sur la situation des droits de l'homme et de la lutte contre l'impunité en Guinée, a précisé M. Doyle.

Le Conseil national des organisations de la société civile guinéenne (CNOSC-G) avait réclamé mardi un calendrier consensuel.

Nous exigeons que la Céni et le gouvernement organisent dans les meilleurs délais des élections législatives transparentes, crédibles et acceptées de tous. Il faut que la Céni nous produise un chronogramme consensuel pour ces élections, où tous les acteurs politiques auront eu leur mot à dire, avait déclaré Aziz Diop, secrétaire exécutif du CNOSC-G.

Une semaine auparavant, le ministre de l'Administration du territoire (Intérieur), Alhassane Condé, avait affirmé à l'AFP que les législatives se tiendraient en mai, sans communiquer de date, ajoutant que le scrutin aura lieu avec ou sans l'opposition.

Un des principaux leaders d'opposition, Sidya Touré, avait répondu être très surpris par cette déclaration, rappelant que les partis sont quand même les acteurs politiques qui doivent sur proposition de la Céni décider de la fixation de la date des élections.

Les dernières législatives remontent à juin 2002, à l'époque du président Lansana Conté, décédé en décembre 2008 après 24 ans au pouvoir.

Un Conseil national de transition (CNT) fait actuellement office de Parlement. Il a été mis en place début 2010, durant la transition militaire conduite par le général Sékouba Konaté, qui a cédé le pouvoir à Alpha Condé à l'issue du second tour de la présidentielle de novembre 2010.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article