/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

- Le président du comité de crise des tuerries de Zogota et Siguiri Faya Millimono connu pour ses positions très critique sur la gestion du pouvoir du président de la République de Guinée Alpha Condé estime que le président guinéen n'est pas loin de rejoindre Laurent Gbagbo ex président ivoirien et Charles Taylor ex président libérien à la Haye. 

Faya Millnomo a fait cette déclaration ce mardi au lendemain des violences qui ont sécouées Conakry le week-end dernier au marche Madina et en haute banlieue de la capitale guinéenne. 

Pour justifier sa déclaration Faya Millimono rappel tout d'abord:" Laurent Gbagbo était un « opposant historique » comme un certain Président de la République de Guinée. Il était arrivé au pouvoir à travers des élections non transparentes et non crédibles. Ainsi convaincu dès le premier jour que les élections dont il venait de sortir vainqueur n’étaient pas sérieuses et sachant qu’il ne gagnerait aucune élection d’ailleurs en Côte d’Ivoire pour peu que les choses se déroulent de manière transparente et crédible, il opta pour le Gbagboisme. Le Gbagboisme est une doctrine qui consiste à créer le chaos pour aussi longtemps que nécessaire pour éviter d’organiser des élections transparentes et crédibles, sachant qu’elles seront perdues par le détenteur du pouvoir. Cette doctrine a permis à Laurent Gbagbo de rester au pouvoir pendant dix ans à la tête d’une Côte d’Ivoire déchirée. Le jour qu’il a été obligé d’organiser les élections crédibles et transparentes, il les a perdues et, les jours suivants, il a rejoint son ami Charles Taylor à la Haye" rappel Faya avant de poursuivre:" A Conakry, un certain Président de la République, élu dans les conditions presque similaires à celles de la Côte d’Ivoire, est sur la voie de rejoindre ses amis Charles et Laurent en optant lui aussi pour le Gbagboisme. La répétition des incidents provoqués par le pouvoir de Conakry montre clairement l’intention de créer le chaos pour faire oublier les élections législatives". 

Parlant de ses preuves Faya Millimono avance ceci:" Les exemples sont nombreux. Le 3 avril 2011, Zakaria Diallo a été tué. Le 27 septembre 2011, lors de la marche réprimée de l’opposition, six compatriotes ont été tués par les forces de l’ordre. Ensuite, Thierno Soufiana Dialllo, torturé, a été privé de soins à la Maison Centrale jusqu’à ce que mort s’en suive. Puis, deux compatriotes ont perdu la vie à Saoro pour avoir demandé qu’on leur permette de cultiver les plantations familiales d’Hévéa et de Palmiers à huile au lieu de leur enlever leur terre. En Juin 2012, un chauffeur de taxi, en provenance de Labé, a été assassiné à Mamou. Au mois d'Août dernier, six citoyens endormis ont été massacrés à Zogota. Quelques jours après, un autre jeune a été tué à Siguiri en Haute Guinée". 

 

koaci.com

Commenter cet article