/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

Le franc guinéen, qui s‘était déprécié au deuxième trimestre 2010 par rapport à 2009 de 18,8 pour cent et de 11,7 pour cent, s’échangeait respectivement à 5.778 contre un dollar et à 7.378 contre un euro sur le marché officiel, souligne-t-on de bonne source.

Sur le marché parallèle, assure la Division de la conjoncture au ministère des Finances, cette dépréciation a été plus importante, fixée notamment à 32,1 pour cent et à 28,2 pour cent face respectivement au dollar (6.516 GNF) et à l’euro (8.414 GNF).

« Ces résultat sont imputables à l’insuffisance des réserves de change au deuxième trimestre 2010 », précise la Division de la conjoncture qui indique que la prime de change face au dollar et à l’euro est respectivement passée de 1,4 pc et de -0,6%  en 2009 à 12,8 pc et 14 pc au deuxième trimestre 2010.

Au premier semestre 2010, le franc guinéen s’était déprécié en moyenne sur le marché officiel de 13,5 pc et de 13,2 pc face respectivement au dollar (5.416 GNF) et à l’euro (7.190 GNF) par rapport à 2009.

Sur le marché parallèle, cette dépréciation a été plus importante, atteignant 29,7 pc et 29,9 pc face au dollar (6.268 GNF) et à l’euro (8.320 GNF). Ainsi, la prime de change face au dollar et à l’euro a été respectivement de 15,7 pc et de 14 pc au premier semestre 2010 contre 1,3 pc et  de 0,8 pc en 2009.

S’agissant des indicateurs de performance, portant sur les taux de réalisation budgétaire et sur les critères de convergence de la deuxième zone de l’Afrique de l’Ouest (ZMAO), regroupant la Guinée, la Sierra Leone, le Liberia, la Gambie et le Ghana, à fin juin 2010 la mobilisation des recettes du secteur non minier a été de 1.499,05 milliards GNF, soit ou 87,2 pc des prévisions.

« Ces résultats ont été obtenus grâce aux efforts essentiellement imputables à la contractualisation des principaux postes de régies de recettes (Douane et Impôt) », explique-t-on.

Par ailleurs, l’exécution des dépenses courantes hors paiements d’intérêts a atteint 2.120,81 milliards, soit 114 pc des prévisions à cause de l’accroissement des dépenses incompressibles de l’Etat (salaires, élections, armée, etc.).

La détérioration du solde primaire a été plus importante que prévu, soit -1.165,21 milliards, contre un objectif de -763,65 milliards. La base monétaire a été de 5.138,04 milliards GNF ou 114 pc des critères à cause de l’accroissement des dépenses incompressibles de l’Etat.

Les avoirs intérieurs nets de la Banque Centrale ont atteint 4.188,54 milliards GNF, soit 112,9 pc des critères. Les avoirs extérieurs nets ont été de 159,21 millions USD, soit 110,2 pc  des critères.

En outre, dans le cadre de la surveillance multilatérale de la ZMAO), seuls deux critères de second rang ont été remplis à fin juin 2010, contre trois, notamment ceux de premier et second rang en 2009.

On rappelle que sur les quatre critères de premier rang, « aucun critère n’a été rempli », tandis que pour les six critères de second rang, deux ont été remplis, notamment le ratio de la masse salariale sur les recettes fiscales qui a été - de 35 pc, soit 34,4 pc, ainsi que celui des investissements financés sur les ressources propres rapportés aux recettes fiscales, ayant nettement dépassé 20 pc, soit 58,6 pc.

Commenter cet article