GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

GUINÉE : L’opposition paralyse une partie de Conakry

 

 

 

La ville morte décidée ce lundi 13 février 2013 par l’aile dure de l’opposition guinéenne constituée du collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition et l’alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) a été suivie par une partie des militants et sympathisant des deux blocs politiques. Des blocs qui regroupent des leaders comme: Mamadou Cellou Dalein Diallo de l’UFDG, Lansana Kouyaté du PEDN ou encore Sydia Touré de l’UFR.

 

En effet, les boutiques et magasins de l’axe Bambéto-cosa sur ‘’la route le prince’’ dans la commune de Ratoma en banlieue de Conakry sont restés fermés ce lundi et la circulation routière fortement perturbée. Une perturbation due au manque de taxi. Seuls les quelques rares véhicules des particuliers et véhicules des policiers et gendarmes au niveau des grands carrefours notamment Enco 5, Cosa, Bambéto ou encore Hambalaye étaient visibles sur cet axe pourtant très fréquenté en temps normal. La grande partie des boutiques et magasins du plus grand centre commercial du pays le marché Madina sont resté fermés.

 

Par contre la circulation était fluide sur l’autoroute et le centre ville Kaloum qui abrité l’essentiel des bureaux de l’administration publique et les banques et assurances là, les citoyens ont vaquer tranquillement à leurs affaires. Pour eux, l’heure n’est plus de rester à la maison car pour la majeure partie il faut sortir pour manger.

 

Joint au téléphone dans l’après midi par une Radio privée de la place, le Président de l’Union des forces Démocratiques de Guinée (UFDG), Mamadou Cellou Dalein Diallo chef de file de l’opposition guinéenne s’est félicité de la mobilisation des militants des deux blocs politiques avant de revenir plus en détail sur les raisons de cette ville morte sur toute l’étendue du territoire nationale. Selon le numéro un de l’UFDG cette ville morte a pour objectif principal : « D’attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les violations graves des droits de l’homme par le gouvernement de Monsieur Alpha Condé Président de la République de Guinée. Depuis son arrivée au pouvoir les militants de l’opposition sont victimes de harcèlement et même d’emprisonnement de la part du gouvernement d’Alpha Condé » déplore t-il. 

 

koaci.com

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article