/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé un accord triennal de 198,9 millions de dollars américains au titre de la Facilité élargie de crédit, ainsi qu’un allègement intérimaire supplémentaire de la dette en faveur de la Guinée, souligne un communiqué de l’institution publié samedi à Conakry. La décision du Conseil du FMI permettra « un décaissement immédiat » de 18,36millions de DTS (environ 28,41 millions de dollars aéricains).

Le programme des autorités est destiné à promouvoir une plus forte croissance, à réduire la pauvreté et à permettre au pays d’atteindre rapidement le point d’achèvement de l’Initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Le Conseil a aussi approuvé en faveur de la Guinée une assistance intérimaire pour un montant équivalant à 1,2852 million de DTS (environ 1,99 millions de dollars) au titre de l’initiative PPTE.

« Les résultats obtenus dans le cadre du programme de 2011 des autorités, qui a fait l’objet d’un suivi par les services du FMI, ont été solides. La croissance du PIB s’est redressée à environ 3,6 %, la montée de l’inflation enregistrée en 2010 a été contenue et le taux de change est dans l’ensemble resté stable. Le déficit budgétaire a été nettement réduit, le gouvernement n’a plus eu recours au financement bancaire et a procédé à un resserrement de la politique monétaire », indique le FMI.

L’institution financière souligne que des progrès ont été accomplis dans les réformes administratives et politiques, tandis que l’amélioration des relations avec la communauté internationale a débouché sur la reprise du soutien budgétaire et de l’assistance aux projets.

Selon le FMI, la Guinée pourrait atteindre le point d’achèvement au cours de la seconde moitié de 2012, ce qui préparerait la voie à un allégement permanent de la dette au titre des initiatives PPTE.

La position de la dette extérieure de la Guinée deviendrait alors viable, sous réserve que les emprunts extérieurs publics restent prudents.

Les perspectives macroéconomiques, à moyen terme, reposent sur les importants investissements réalisés dans le secteur minier.

Les investissements directs étrangers (IDE) dans ce secteur, qui pourraient atteindre jusqu’à 40 % du PIB par an ou davantage entre 2012 et 2014, accroîtront la production, les importations et le déficit du compte extérieur courant et sont susceptibles d’encourager l’emploi avec la construction d’infrastructures, tels que les chemins de fer et les ports.

« Toutefois, ces perspectives sont soumises à des risques baissiers, notamment une nouvelle instabilité politique. Les troubles sociaux auraient des effets sur la croissance à court et à long terme et compliqueraient la mise en œuvre du programme de réformes », avertit le FMI.

Commenter cet article