GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée : Le médiocre au perchoir !

La Guinée décrète l'État d'urgence jusqu'à la proclamation des résultats de l'élection présidentielle

 

Fichtre ! Le médiocre du bled a réussi à s’emparer du trône. Alpha Condé au perchoir. Il a usé de moyens déloyaux et machiavéliques pour y arriver. Persécution et intimidation des populations peules vivant en Haute Guinée, finasserie politique, veulerie, mensonges. Foutre ! C’est un nouveau érotomane, un narcissiste, un marchand d’illusions, un incompétent qui se perche encore à la tête de la Guinée.

Aïe ! Ça tourneboule dans la caboche de votre râleur ! Tout est erratique : pensées, idées et tout. Alpha Condé, âgé aujourd’hui de 73 ans, est parvenu à se faire catapulter à la tête du pouvoir par subterfuge électoraliste. Waouh ! Un camouflet pour Cellou Dalein Diallo qui n’a pas voulu utiliser les mêmes armes que son adversaire pour guerroyer sur le terrain politique. Ce qui le grandit indéniablement et établit sa lucidité politique.

Même si une partie de l’électorat de la Basse-Guinée a désavoué la consigne de vote donnée, d’une certaine façon, par Sidya Touré en faveur de Cellou. Mathématiquement et statistiquement parlant c’est impossible que Alpha Condé et son Arc-en-ciel raflent la mise électorale dans cette partie de la Guinée. Impossible. Ben Daouda Sylla arrête ton char sur Africa n°1. C’est plus qu’un hold up électoral. C’est un complot électoral qui a été finassé par le Général de la CENI, Siaka Toumani Sangaré, Sékouba Konaté, Jean-Marie Doré et Alpha Condé. C’est leur deal.

Le gourou du RPG devient par la force de la triche politique et tout et tout président avec un taux de 52,52 % que lui octroie sur un plateau le Général Siaka Toumani Sangaré de la CENI pour ce dernier round de la présidentielle guinéenne. Le Général Siaka cède à Cellou 47, 48 % des votants. Le goût est amer. Très amer. Mais c’est ça la politique. C’est ça le combat démocratique. On n’est pas au zénith tout le temps au soir d’une fièvre électorale. Ne comptez pas sur cette Cours Suprême pour dire le droit. Il faut se résoudre à boire cette coupe d’échec épicé de triches et de magouilles jusqu’à la lie. Sans se résigner. Sans baisser les bras. Bien sûr.

C’est maintenant qu’il faut poursuivre la lutte de la démocratisation de la société à tout berzingue. Parce que c’est un ethnocentrique qui va encore commander la Guinée. « Tout malinké qui ne militerait pas au RPG est un bâtard », dixit Alpha Condé. Faut-il en inférer que ce leader politique peul, qui a voté Alpha, est un bâtard ? Un pure ngnangamadi sofalé ?

Il faut que l’opposition maintienne le cap pour la députation et les communales. Et surtout ne pas accepter, pour rien au monde, de se faire tricher à toutes autres consultations électorales dans le bled. Dans l’avenir, il faut être sûr à 30% au minimum de la vertu, de l’honnêteté et de l’impartialité de l’individu à balancer à la tête de la CENI.

On espérait vraiment, avec cette présidentielle, tourner la page de la médiocrité, de l’ethnicité, de la complaisance en Guinée, mais bernique ! On a magouillé en faveur d’un imbécile politique qui aime étaler sa morgue, sa mégalomanie.

A peine le Général Siaka le proclame vainqueur de ce tripatouillage électoral à ce taux fantasmagorique que Condé Alpha postillonne sur les ondes graissées de Africa n°1 : « autant les Guinéens étaient fiers en 1958 autant ils doivent être fiers aujourd’hui. » Quel nostalgique de ces années sombres de la Guinée ! Depuis 1958 jusqu’à nos jours, Guinéennes et Guinéens se gargarisent de fierté. Cela nous a menés où ? Dans le gouffre économique, social et politique.

A ce jour, ce n’est pas de fierté et de gloriole dont nous avons tant besoin. Nous avons besoin de pain, de travail, de salaires méritoires, de justice sociale, d’équité, d’impartialité et de neutralité dans le traitement des Guinéens.

Qu’on ne traque plus les peuls en haute Guinée du fait de leur appartenance politique. 
Qu’on ne pille plus leurs biens dans cette région de la Guinée. Ils sont libres de militer à l’UFDG et de battre campagne ouvertement pour Cellou. Nous avons besoin d’une Justice libre et indépendante. 
Nous avons besoin d’enseignement de qualité dans nos écoles et nos universités. 
Nous avons besoin de médecins et d’un personnel soignant bien formés, de médicaments, de matériels médicaux performants. Pour se soigner qu’on n’ait plus besoin de bourlinguer jusqu’à Dakar, Abidjan, Paris, Washington.

Qu’on ait l’aisance et la facilité de se soigner sur place. Nous avons besoin de sécurité, de paix sociale. 
Nous avons besoin d’une gestion saine des finances publiques. Nous avons besoin qu’on traduise illico presto devant le Tribunal Pénal International Idrissa Diaby et les bidasses Aboubacar Toumba Diakité, Moussa Dadis Camara, Sékouba Konaté, Hâman Claude Goliath Pivi, grosso modo les gratins du CNDD. Ils doivent répondre des crimes commis au stade du 28 septembre de Cona-crimes un inoubliable 28 septembre 2009. Nous avons besoin que les crimes ne soient plus impunis dans le patelin.

C’est ça Alpha ! Parle quand il le faut sans dire des imbécilités politiques. Sinon ferme-la !

Autre chose qui ne doit pas échapper à notre attention. Alpha Condé est âgé aujourd’hui de 73 ans. Il s’empare du trône pour un mandat de 5 longues années. En 2015, il cherchera à s’accrocher au trône en prétextant n’avoir pas achevé « tous les grands chantiers » qu’il a commencés. C’est l’argument massue qu’il brandira. C’est pourquoi Cellou Diallo et l’UFDG doivent se ressaisir et s’organiser vite en prélude à la présidentielle prochaine.

Face au pouvoir de Alpha Condé, on a besoin d’une opposition forte et intelligente qui ne va pas se relâcher à cause de quelques maroquins et autres strapontins qu’on lui jettera comme on jette un os à un chien affamé. Alpha Condé est un tyranneau. Et dans son commandement, ses ministres et autres membres du gouvernement ne seront que des potiches.

Ce n’est pas à un pouvoir de garantir et d’entretenir la démocratie. Parce que tout pouvoir est par essence tyrannique. C’est à l’opposition guinéenne soudée autour de son leader d’opposer à la boulimie du pouvoir de Alpha Condé un contre-pouvoir et de ferrailler pour plus de démocratie, de liberté, de justice, de développement et d’épanouissement des Guinéens et de la Guinée.

Le médiocre, dans ses parades électoralistes, a promis monts et merveilles aux Guinéens. Qu’il fasse d’abord une déclaration détaillée de ses biens personnels. Que les futurs membres de son gouvernement en fassent autant avant leur intronisation au pouvoir. Beaucoup d’entre eux seront à nouveau dans les allées du pouvoir économique et financier de la Guinée. Ce sera leur grand comeback. C’est encore une autre aubaine pour eux de s’enrichir illicitement ? Comme qui dirait par fatalisme que c’est la roue du sort qui tourne encore en leur faveur.

Hé, Hadja ! Arrête de me tympaniser. Il n’y a rien d’autres à charcuter dans ce bavardage acrimonieux. On s’épanche pour vider notre colère.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article