GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée : le retrait annoncé de la circulation des coupures de 10 mille francs devient une source d’inquiétude pour certains

 

 

L’usage des anciens billets de 10 mille francsguinéens commence à poser problème dans la capitaleguinéenne où des altercations sont enregistrées ces derniers temps au niveau de certains commerces ainsi que dans des transports en commun, suite au rejet de ces coupures, a-t-on constaté.

Ce sont de fausses rumeurs qui seraient à l’origine de cette psychose chez les populations, qui ont appris que cette coupure de 10 mille francs guinéens ne sera plus acceptée dans les banques primaires à partir du 1er novembre 2012.

La Banque centrale de Guinée tente de rassurer les populations à travers des interventions dans la presse du vice-gouverneur de l’institution Abdoulaye Yéro Baldé, qui multiplie les sorties dans les médias en affirmant que "c’est le 31 décembre 2012" qui est retenu pour marquer la fin de la circulation de ce billet de banque.

En attendant cette date butoir, les commerces et les transports en commun ainsi que tous les citoyensguinéens et étrangers vivant sur le sol guinéen peuvent utiliser ce billet de 10 mille francs guinéens dans leurs échanges quotidien, sans aucun risque.

Abdoulaye Yéro Baldé exhorte ses compatriotes à bancariser leurs avoirs.

Une précision de taille apportée cependant par le vice-gouverneur de la Banque centrale, c’est que les banques primaires vont cesser de recevoir ces billets à compter du 1er novembre, si ce n’est de la part de leurs clients. Des gens qui bénéficient de comptes domiciliés dans ces banques.

Pour les autres, il faudra recourir simplement à la Banque centrale et à ses différentes agences implantées dans les provinces intérieures, a-t-il indiqué.

Le gouvernement guinéen justifie le retrait de ces billets au profit de nouvelles coupures plus sécurisées, à cause des "faux billets" de banque qui circulent dans le pays.

 


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article