/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

Les huit centrales syndicales guinéennes sont revenues à la charge ce mardi, au cours d'un conclave à Conakry, pour exiger la satisfaction de leur plateforme revendicative portant sur une "hausse salariale de 200%, la mise en application des statuts des personnels de l'éducation et de la santé, la prise en compte du volet protection sociale et du SMIG et la résiliation du contrat de la compagnie Rusal", a-t-on constaté sur place.

Cette rencontre est une suite logique de la série de rencontres initiées par le Mouvement syndical après la proposition de 10% d'augmentation faite récemment par le président Alpha Condé aux fonctionnaires guinéens.

C'était lors d'une audience accordée au Mouvement syndical et au patronat le 5 octobre, pour des échanges autour du SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti).

Cette proposition du président avait été rejetée lors d'une réunion des 8 centrales syndicales tenue le 10 octobre dernier à la Bourse du travail. Réunion durant laquelle les syndicats avaient fait part de leur décision d'adresser un courrier au chef de l'Etat guinéen, pour motiver ce rejet de ces 10%.

La réunion de ce mardi s'inscrit dans cette même logique et les syndicats ont lancé un appel au gouvernement, exigeant la reprise des négociations avant le 22 octobre, afin que les quatre points inscrits dans leur plateforme revendicative soient satisfaits.

Sans quoi, la trêve pourrait prendre un coup, pour ne pas dire qu'elle va purement et simplement prendre fin, a fait savoir le Mouvement syndical.

Depuis son avènement au pouvoir en décembre 2010, Alpha Condé a su contenir la colère des syndicats, en signant une trêve avec eux, promettant de satisfaire leurs revendications qui portent essentiellement sur des revalorisations de salaire, une fois que le pays atteint le point d'achèvement.

Cela a été fait le 26 septembre dernier, et les syndicats ont sauté sur l'occasion pour tendre aussitôt la main.

Commenter cet article