GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée - Les commerçants se rebiffent contre l'insécurité

 

 

Trois échoppes et un magasin dévalisés, un montant de 460 millions de francs guinéens (50.000 euros environ) et de nombreux cartons de cigarettes emportés. Tel est le bilan de la dernière attaque opérée le 7 janvier par des présumés bandits au marché central de la ville de Labé, en Guinée.

Les commerçants de cette ville d'environ 200.000 habitants située à 400 km au  nord-est de Conakry la capitale ont décidé, lundi, de «fermer boutiques et magasins pour protester contre le phénomène d'insécurité qui prend de l'ampleur autour du marché central»explique Elhadj Taslima Bah, l’administrateur du marché.

«Toutes les deux semaines, les bandits visent un lieu à braquer pour passer à l’action», se plaint-il.

Le mot d’ordre de grève qui a paralysé les activités commerciales de la ville deux jours durant (lundi et mardi) a été levé mercredi 11 janvier à la suite des négociations entamées entre les protesatataires et les autorités communales et préfectorales.

«Les commerçants ont dépêché une mission à la mairie. Dans nos discussions, je les ai félicités pour cette méthode [démarche]. Mais la mairie n’ayant pas de dispositif sécuritaire conséquent, je les ai conduits chez Monsieur le préfet, qui a aussitôt convoqué les services de sécurité», explique le maire de la commune urbaine, Amadou Thiam à guineenews.

Ces derniers temps, l’insécurité est montée d’un cran avec de nombreuses attaques à main armée dans cette ville réputée commerçante proche de la frontière avec le Sénégal. «Des attaques perpétrées par des bandes organisées qui opèrent en treillis militaires avec des armes automatiques», rapporte guineetv1.com.

Le 26 octobre dernier, les cambistes du marché se sont fait dépouiller une importante somme d’argent (montant non évalué) lors d’un raid mené en plein jour. Les assaillants étaient armés de fusils automatiques et habillés en treillis. Ce qui laisse penser qu’il s’agirait de militaires, d'autant plus qu'une garnison se trouve dans les faubourgs de Labé. 

Toutefois, l’Etat-major de l’armée a récemment annoncé l’arrestation de sept hommes accusés être les auteurs de cette attaque précisant qu'il s'agit de civils même s'ils étaient armés et arboraient des tenues militaires

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article