GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: Les vrais raisons du blocage des containers d'armes maliennes au port de Conakry

 

Voilà plus d’un mois qu’un conteneur bourré d’armes à destination du Mali a été intercepté au port de Conakry, en Guinée. Cette cargaison, qui provient d’Europe de l’Est selon les autorités guinéennes, aurait été commandée par le gouvernement déchu d’Amadou Toumani Touré(ATT). Une réunion s’est tenue le 4 septembre en Guinée entre des responsables du gouvernement d’Alpha Condé et de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour faire l’inventaire du contenu du conteneur, placé sous haute surveillance des militaires guinéens, et décider de son sort.

Conakry rechigne à laisser les armements aller au Mali, où une junte dirigée par le capitaine Amadou Sanogo a pris le pouvoir en mars et tient toujours les ficelles du pouvoir, malgré la présence d’un gouvernement de transition civil. L’attitude de Conakry en dit long sur la méfiance qui règne encore à l’égard de ce gouvernement de transition, mené par Dioncounda Traoré et son Premier ministre Cheick Modibo Diarra. Ce dernier, gendre de l’ancien dictateur Moussa Traoré, à la tête d’un régime militaire pendant 22 ans (1969-1991), est soupçonné d’oeuvrer dans les coulisses pour le compte de son beau-père – un homme qui n’a jamais demandé pardon pour sa répression sanglante des émeutes pro-démocratiques de 1991.

L’idée d’une intervention militaire de 3.300 Casques blancs de la Cédéao au Nord-Mali fait son chemin, mais le rôle que pourrait jouer l’armée malienne paraît encore problématique. Peut-on lui faire confiance? C’est la question que l’on se pose manifestement en Guinée. A Paris, on estime de source diplomatique que seulement 2.000 à 3.000 hommes, sur les 33.000 que compte l’armée malienne, sont suffisamment entraînés et qualifiés pour se battre, contre des islamistes dont les rangs grossissent un peu plus chaque jour.

Le reste de l’armée malienne a montré son vrai visage en partant en débandade lors de la progression des islamistes et des rebelles touaregs au Nord-Mali, en mars, puis dans les jours qui ont suivi le coup d’Etat du 22 mars, en se livrant à des pillages et en semant la peur. La disparition de 21 militaires loyaux à ATT, arrêtés après une tentative de contre-coup d’Etat le 30 avril, reste posée. De même que les tortures infligées à des prisonniers, comme l’a souligné un rapport de Human Rights Watch publié le 25 juillet.

Sabine Cessou

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article