/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

Le Conseil national de la Transition (Parlement transitoire) a repris la main, en déposant au président Alpha Condé la semaine dernière, une proposition de sortie de crise consignée dans un document produit d’un commun accord avec les autres institutions républicaines.

 

 

De quoi susciter une lueur d’espoir pour la tenue d’élections législatives régulières et apaisées, censées ouvrir la voie à des perspectives heureuses pour le pays qui a connu une longue traversée du désert ces dernières années.

Plongé qu’il est dans un processus de transition qui ne fait que se prolonger dans la durée, faute de consensus entre le pouvoir et l’opposition autour des préparatifs des élections législatives devant clore le processus.

Le document soumis à l’appréciation de l’exécutif comporte des propositions relatives à la révision de l’article 162 du code électoral, pour une réduction des prérogatives du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Ainsi que la recomposition de cette même CENI sur une base "partiale" entre la mouvance et l’opposition.

Cette démarche des institutions républicaines vise à taire les tensions qui affectent l’échiquier politique guinéen.

D’autant que l’opposition affirmait récemment dans une déclaration que la sortie de crise est conditionnée par "le rétablissement de la parité entre mouvance présidentielle et opposition au sein de la CENI ainsi que par le règlement de la question de la présidence de cet organe dont la compétence et l’impartialité sont les gages d’élections crédibles et apaisées", alors que la mouvance présidentielle trouve que l’opposition en fait trop.

Une opposition incarnée par les deux blocs alliés à savoir l’Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) et le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition qui ne cessent de réclamer la refonte de la CENI.

Il faut noter que sur le terrain la tension persiste toujours. Et le Collectif et l’ADP continuent de faire monter la pression en annonçant de reprendre la rue dès la fin du mois de ramadan célébré dimanche dernier en Guinée.

Des actions de désobéissance civile dont le but est de pousser le gouvernement à lâcher du lest, en faveur de la satisfaction des revendications de l’opposition.

Le président guinéen en recevant les représentants des institutions républicaines mandatés pour lui porter ce document synthèse comportant des propositions de sortie de crise, a promis d’examiner avec attention et intérêt cette mouture.

La réponse qu’il donnera à ce document va déterminer la suite des événements.

Au niveau du Conseil national de transition (CNT), on se veut optimiste.

En espérant que le président Alpha Condé va donner son aval pour la traduction de cette série de propositions en actes concrets. Ainsi on aura franchi un grand pas pour qu’enfin prenne forme un consensus devant aboutir à la tenue des échéances électorales prévues avant la fin de l’année 2012.

Commenter cet article