/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par l'observateur paalga

http://www.lefigaro.fr/medias/2010/06/25/4478ed7a-8083-11df-986b-e9c5436bd65a.jpg

 

 

Le second tour de la présidentielle guinéenne, c’est en principe le 19 septembre prochain. Même si, pour l’instant, les cœurs ne battent pas à l’unisson pour cette date ; parce que les uns prônent un nouveau report alors que les autres tiennent à cette échéance.

A ce sujet, les deux finalistes, à savoir l’ancien Premier ministre Cellou Dalein Diallo de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) et l’opposant historique, Alpha Condé, du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), sont attendus cette semaine chez le facilitateur Blaise Compaoré pour se mettre d’accord sur un certain nombre de préalables, dont la date de la présidentielle.

Pendant ce temps, les marchandages électoraux se poursuivent. Et il faut être sûr qu’il en sera ainsi, avec les tractations dans les couloirs, jusqu’à la tenue effective du scrutin. L’essentiel étant, pour chacun des deux prétendants à la magistrature suprême de la Guinée, de rallier le maximum de personnes à sa cause.

En tout cas, dès les résultats du premier tour, Sidiya Touré a volé au secours de la victoire. De l’autre côté, Alpha Condé, l’opposant historique, malgré le handicap qui est le sien, tente, lui aussi, de s’attirer la sympathie de pas mal de personnes. C’est l’exemple de ce dernier politique, candidat malheureux au premier tour, qui a appelé ses électeurs à donner leur voix à Alpha Condé. Un choix auquel ses lieutenants ont refusé d’adhérer, eux ayant opté pour le favori, Cellou Dalein Diallo.

Visiblement, c’étaient des accords entre états-majors de partis politiques, car, comme cela est de coutume, ce sont des chefs qui se rencontrent, entre quatre murs, pour sceller des accords, lesquels n’engagent pas forcément les militants. C’est d’ailleurs bien connu, le chef d’un parti politique n’est pas propriétaire des voix de ses électeurs.

Une chose est de proclamer le soutien de sa formation à un candidat, mais une autre est de pouvoir convaincre ses propres militants de la pertinence de son choix. En conséquence, il ne faut pas se faire d’illusions, car les joutes électorales ne sont pas aussi mathématiques qu’on voudrait le faire croire. Quoi qu’on dise donc, de nombreuses incertitudes entourent ce second round de la présidentielle en Guinée.

La première étant que non seulement les candidats ne peuvent pas être sûrs d’avoir le renouvellement de la confiance de leurs électeurs du premier tour, mais aussi que les militants ne sont pas obligés de suivre les consignes de vote données par les chefs des partis. Quant à la seconde incertitude, elle est liée au taux d’abstention, abyssal, au terme du premier tour de l’élection.

Il y en a eu tellement que si d’aventure tout ce beau monde décidait de voter le 19 septembre prochain, compte tenu de l’enjeu de ce second tour, il serait difficile de prédire l’issue de cette présidentielle. Au regard donc de ce qui précède, il faut dire que Cellou Dalein Diallo, même avec ses 43,69% des suffrages ajoutés aux 13% de Sidiya Touré et autres, aurait tort de penser qu’il a déjà en poche son passeport pour le palais de Sékoutoureyan. C’est dire qu’il ne faut pas systématiquement déduire que l’affaire est déjà pliée .

Hamidou Ouédraogo

Commenter cet article