/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba/afp

 

 

Au moins 43 personnes ont été blessées dont 18 policiers et gendarmes mercredi à Conakry, lors d'une marche d'opposants réclamant la transparence aux élections législatives prévues le 12 mai, réprimée par les forces de l'ordre, selon l'opposition et le gouvernement.

Au moins 25 militants de l'opposition ont été blessés, a affirmé à l'AFP Almamy Soumah, un responsable de l'opposition, tandis que, dans un communiqué, le gouvernement écrit qu'au moins 18 membres des forces de l'ordre ont été blessés.

Les forces de police ont utilisé du gaz lacrymogène pour disperser les manifestants qui ont voulu venger un des leurs arrêté, séquestré puis battu par des policiers devant le siège du RPG, le Rassemblement du peuple de Guinée (au pouvoir), a indiqué M. Soumah.

Le gouvernement guinéen a déploré dans son communiqué ces incidents et appelé la population au calme, au civisme, au sens des responsabilités et à l'esprit républicain.

La marche a réuni des milliers de personnes dans la banlieue de la capitale, déployant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire Oui à des élections libres et transparentes, Mobilisons-nous pour chasser Alpha (Condé, le président)) et WayMark, l'opérateur sud-africain retenu pour la révision du fichier électoral et contesté par les opposants.

Plusieurs partis d'opposition avaient annoncé samedi qu'ils se retiraient du processus de préparation des législatives, en dénonçant l'absence de dialogue avec le pouvoir du président Condé, élu fin 2010, et la commission électorale. Ils entendent toutefois participer au scrutin.

L'opposition avait déjà organisé le 18 février une marche qui avait également mobilisé à Conakry des milliers de personnes pour exiger des législatives transparentes, soupçonnant le régime de préparer des fraudes. Attendu depuis 2011 ce scrutin a été reporté à plusieurs reprises.

Les opposants comptent poursuivre leur mobilisation en organisant jeudi une journée villes mortes dans tout le pays.

La date du 12 mai retenue pour les législatives doit encore être confirmée par un décret présidentiel avant le 4 mars.

Les dernières législatives en Guinée remontent à juin 2002, sous la présidence du général Lansana Conté, décédé en décembre 2008 après 24 ans au pouvoir. C'est actuellement un Conseil national de transition (CNT, non élu) qui fait office de Parlement.

Commenter cet article