/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba&Afp

http://www.izf.net/upload/AFP/francais/special/afrique/CPS.SHB71.290610070746.photo00.photo.default-512x355.jpg

 

 

Le directeur de campagne de Cellou Dalein Diallo, un des principaux candidats à l'élection présidentielle en Guinée, a affirmé lundi soir à des médias à Conakry que des "irrégularités" avaient été relevées depuis le scrutin de dimanche dans deux des cinq communes de Conakry.

"Nous voulons attirer l'attention de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) pour qu'elle prenne ses responsabilités devant des irrégularités" à Matam et à Ratoma, a indiqué Fofana Fodé Oussou à des journalistes de RFI et l'AFP qu'il avait contactés dans la soirée.

"Nous n'accepterons pas qu'on vole nos votes, nous le refuserons avec la dernière énergie", a-t-il dit, au nom de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), le parti de Cellou Dalein Diallo.

"Dans la commune de Matam, le nombre de voix dépasse le nombre d'inscrits", a ainsi assuré M. Oussou, sans donner de chiffres. "Certains chefs de quartiers et certains chefs de bureaux de vote ont passé la nuit avec des urnes qui avaient disparu puis sont réapparues", a-t-il ajouté, évoquant des suspicions de "fraude" et "bourrage d'urnes".

A Ratoma, l'une des communes de Conakry les plus peuplées, "il y a une volonté d'annuler près de 3.000 voix dans sept bureaux de vote sous des prétextes divers, liés par exemple au vote avec récépissé", a également soutenu M. Oussou.

"A ce jour, ils n'ont effectué le dépouillement des bulletins que dans 45 bureaux de vote sur 477, à Ratoma. C'est une lenteur suspecte et c'est fait sciemment", a-t-il encore assuré.

Aucun membre de la Céni n'a pu être contacté dans la soirée.

Cellou Dalein Diallo est candidat pour la première fois à la présidentielle. Plusieurs fois ministre sous le régime du défunt général Lansana Conté (1984-2008), il avait dirigé le gouvernement de décembre 2004 à avril 2006. Membre de l'ethnie peul, une des plus importantes de Guinée, il a son fief électoral en Moyenne-Guinée et à Conakry.

Les Guinéens étaient appelés à participer, dimanche, à la première élection présidentielle libre de l'histoire du pays depuis son indépendance en 1958, après un demi-siècle de régimes autoritaires, civil puis militaires.

Commenter cet article