GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: « Quelques réflexions pour le second tour »

 

Libre opinion

En perspective de cette échéance électorale, je vais aborder quatre (4) points qui me paraissent importants.

 

1) Alpha conde, opposant historique. Nul ne peut lui contester ce statut. Néanmoins, deux événements historiques auxquels il n'a pas participé vont changer la face de ce pays. Ce sont ceux de 2007 et de 2009. En 2007, les syndicalistes, avec l'ensemble des couches de la population ont défié le régime d'alors. En 2009, ce sont les forces vives qui ont décidé de braver Dadis Camara. Les leaders politiques qui avaient eu le courage de franchir le Rubicon, récoltent aujourd'hui les fruits de leur audace. Cellou et Sidya entre autres, ont risqué leur vie, c'est pourquoi, il existe un pacte fort entre eux et tous ceux qui ont participé à la manifestation au stade en ce jour sombre. J'en déduis que certes Condé est un opposant historique « sur le papier », « mais sur le terrain », on ne lui connait aucun fait d'armes.

Serait-il moins courageux que ses bravades guerrières tentent de le faire croire ? Il n'a pas pu imposer la démocratie à Lansana Conté. Il n'a été ni à la hauteur des exigences de son rang dans l'opposition, ni l'aiguillon qui a précipité la démocratisation du pays. Il est sur le même piédestal que son adversaire du second tour, l'avantage de sa posture d'opposant historique a été dilué par le courage de son adversaire qui s'est manifesté en ce jour de l'an de grâce 2009. Les jeunes, représentant l'écrasante majorité de la population, et qui ont courageusement fait face à la tyrannie ne se retrouvent pas en lui. C'est pourquoi, les résultats du 1er tour sont le reflet de la vraie physionomie électorale du moment. Je comprends que le professeur soit désabusé, mais telle est la loi. Abdoulaye Wade, comme opposant historique au Sénégal a eu le mérite de s'être battu pour un code électoral consensuel qui a abouti à son triomphe du 19 mars 2000. Qui ne risque rien n'a rien. Alpha Condé a raté ces deux rendez vous importants de l'histoire. Le pays ne lui doit plus rien.

 

C'est toute la différence entre une armée et une milice. Le maintien de l'ordre doit échoir à la police et à la gendarmerie dont c'est une des fonctions essentielles. Le régime de Mobutu a disparu, en partie à cause d'une organisation à double vitesse de l'armée zaïroise. L'expérience prouve, qu'en cas de conflits, de telles armées sont incapables de défendre le territoire national. L'armée guinéenne devra donc se soumettre à la discipline militaire, se moderniser, se professionnaliser, pour faire face aux menaces du futur, et être en mesure de se projeter efficacement en tout endroit du territoire national. La survie de la nation y dépend, pour éviter que demain, profitant de la désorganisation du pays, des mercenaires franchissent les frontières pour faire main basse sur ses richesses. Charles Taylor avait tenté de le faire, et n'eût été la réaction vigoureuse de Condé, il aurait réussi son coup. La puissance de feu de l'armée doit être à la dimension des richesses du pays.

 

4) Les élections du 19 septembre 2010. Cette date historique s'approche à grands pas, mais contrairement à beaucoup de personnes, je pense que la Guinée réussira son test d'entrée. De passage en Guinée récemment, j'ai prié à la mosquée de Dinguiraye, et en toute modestie, j'ai eu la prémonition, que ce pays, hôte de l'illustre El hadj Omar Tall, la perle de l'Islam noir, ce noble conquérant aux vertus insondables, étonnera le monde. La Guinée en face de son destin ne se dérobera point. Les enjeux du second tour sont importants pour un homme comme Alpha Condé, qui a patiemment attendu le grand soir, et qui ne peut imaginer un autre destin que celui de président de la république. Cette volonté est noble, mais, les résultats du premier tour éloignent à grands pas cette perspective. Il a compris que son adversaire a plus de réserves de voix que lui, et que l'alliance stratégique de ce dernier avec Sidya et Abe Sylla sonnera le glas de ses ambitions. Sauf miracle, le 19 septembre 2010 le professeur sera battu. La sentence de l'histoire peut être quelquefois cruelle. Condé a proféré des menaces inutiles, qui ne l'honorent pas. Les résultats du premier tour ont tétanisé tous ceux qui pensaient que son élection passerait comme lettre à la poste, mais avec les résultats ils ont compris que la tâche ne serait pas aisée.

C'est pourquoi, les dernières sorties du Premier Ministre Jean Marie Doré sont inacceptables. Ne pouvant pas manquer d'afficher sa neutralité par rapport à la position qui est la sienne, il devrait se garder de jouer au pyromane. Condé est présenté comme étant violent et incontrôlable. Donnons-lui le bénéfice du doute, en pensant comme Clémenceau, que « l'homme absurde est celui qui ne change jamais ». Il est évident que pour lui la paix de la Guinée passe par son élection, et qu'à défaut il va ouvrir le feu « populaire ». Cette stratégie est très risquée, car rien ne dit qu'il ne sera pas emporté par ce déluge promis au pays, d'autant plus qu'il n'a pas toutes les cartes en mains. En outre, j'ai l'impression que par orgueil il minimise les capacités de réaction de son adversaire. Cela peut s'avérer fatal pour lui. Au soir de cette élection, s'il est battu, qu'il s'incline, puisque la question ne se pose pas pour son adversaire.

 

Aucune élection n'est parfaite. Le poste de président de la république n'est pas une fin en soi. Des héros et martyrs de la Guinée, plus méritants, sont tombés sur le champ d'honneur, ou se sont battus jusqu'à la fin de leur vie sans être élu président ? Que le professeur s'inspire de Mandela, car je sais qu'il peut, malgré une défaite être plus grand que son vainqueur. A 72 ans, il correspond dans la mystique juive à l'âge ultime de l'accomplissement spirituel et matériel. Il ne peut rien obtenir à cet âge de plus noble, de plus estimable que le respect des générations à venir. Alpha Condé doit éviter que le sang de tous nos martyrs connus et inconnus ne retombent sur sa tête. Dieu exauce toujours le voeu des martyrs. Puisse- t-il faire de cette dernière recommandation son bréviaire.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article