/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

À l'issue de débats houleux autour de la candidature de l'ancien Premier ministre Jean-Marie Doré au poste de 3e vice-président, réservé à l'opposition, les députés ont finalement écarté sa candidature et sont arrivés, jeudi, à un accord. 

 

Retour au calme au Palais du peuple. Les députés se sont réunis jeudi 16 janvier pour élire les quatre vice-présidents de l’Assemblée, dont El Hadj Abdoulaye Diouma Diallo de l’UFDG au poste de 3e vice-président.

 

La veille, le vote avait été suspendu à la suite d’une algarade entre l’ancien Premier ministre de la transition, Jean-Marie Doré, député "non-inscrit", et certains membres d’une opposition, qui a fini par quitter l’Assemblée. En cause, ce poste de 3e vice-président que le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG Arc-en-ciel, au pouvoir) a réservé à l’opposition. Au sein de cette dernière composée principalement de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dallein Diallo et l’Alliance républicaine de Sydia Touré, on a pointé du doigt un accord entre le RPG et Jean-Marie Doré pour lui réserver le poste.

 

Les tractations et réunions se sont alors enchaînées pour parvenir un accord. "Cela n’a pas été facile pour nous de reprendre ce poste de 3e vice-président", confie Cellou Dallein Diallo qui ajoute : "nous sommes déçus car nous nous attendions à une répartition des postes plus justes et plus représentative des résultats aux législatives où nous avons obtenu près de 47% des sièges". De son côté, la tête de liste du RPG, Hadja Nantenin Konaté, s’est dite intransigeante: "Pas question de laisser à l’opposition des postes de questeurs ni des commissions-clés où ils pourraient faire barrage à tout projet de loi du gouvernement". En même temps, Mohamed Saïd Fofana, Premier Ministre depuis trois ans, a présenté la démission de son gouvernement évoquée depuis plusieurs semaines par le président Alpha Condé.

 

"Je laisse désormais ma casquette RPG au vestiaire"


Jeudi, le nouveau président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano, 72 ans, a appelé à l’apaisement et a salué la reprise du processus. "Je retiens que le peuple n’est pas content de ce qui s’est passé mercredi et que l’assemblée doit être vigilante, aller de l’avant et je veillerai à ce que les débats se fassent sainement", confie ce technocrate membre du RPG, originaire de Guinée Forestière, élu à 64 voix sur les 113 votants dont deux voix de l’opposition. "J’ai une idée de qui a voté pour moi dans l’opposition... Mais je laisse désormais ma casquette RPG au vestiaire et j’agis au nom de toute l’Assemblée", insiste ce professeur d’économie qui a eu comme élève Cellou Dallein Diallo, Mohammed Saïd Fofana ou encore le leader du parti Guinée Pour Tous, Ibrahima Kassoury Fofana.

 

Dans l’après-midi, les votes se sont déroulés dans le calme et ont élu le bureau de l’Assemblée a été élu. Dans la foulée, les partis se sont réunis pour former les commissions. L'opposition guinéenne récupère la présidence de trois commissions parlementaires sur les douze que compte l'Assemblée nationale. Aucun poste n’a été réservé à Jean-Marie Doré.

 

À la présidence de la république, le prochain gouvernement est en formation et la feuille de route s’établit. L’annonce est attendue vendredi soir.  




Commenter cet article