/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par La Dépêche Diplomatique

nullAvec le report du second tour de la présidentielle initialement prévu le 19 septembre prochain, le processus électoral semble marquer le pas en Guinée. A la suite de la rencontre entre le premier ministre Jean Marie Doré et les candidats en lice, en l’occurrence Cellou Dalein Diallo (UFDG) et Alpha Condé (RPG), ainsi qu’avec les membres de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), le constat a été fait que certaines dispositions importantes préconisées pour l’organisation d’un scrutin transparent n’étaient pas encore mises en œuvre, à quelques jours seulement de la date retenue.

Ainsi, après s’en être remis à l'avis « des uns et des autres », selon les propos de M. Tibou Kamara, secrétaire général de la présidence, le général Sékouba Konaté, assurant l’intérim du président du Cndd, se tourne donc de manière officielle à l’arbitrage du médiateur de la crise guinéenne, le président burkinabè Blaise Compaoré, pour trouver une solution consensuelle et permettre la tenue du scrutin.

 
Le report du second tour a été décidé hier soir, après que la Ceni ait clairement indiqué qu’un délai supplémentaire d’au moins deux semaines était nécessaire pour qu’elle soit totalement opérationnelle. Entre autres facteurs du retard, l'attente de quelque 465 000 nouvelles cartes d'électeurs numérisées en provenance d'Afrique du Sud, dont l'arrivée à Conakry ne pourra intervenir que « dans la nuit de dimanche à lundi » avant leur distribution au niveau des régions. Ainsi la date du scrutin est repoussée à une date ultérieure qui sera fixée par le gouvernement avant d’être soumise au général Konaté.


Un retard que ne semble pas cautionner le camp de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) de Cellou Dalein Diallo et de ses alliés qui redoute une volonté du camp adverse de préparer une mascarade électorale. L'UFDG a ainsi réclamé mardi la démission du premier ministre Jean-Marie Doré, lui reprochant sa « proximité » avec Alpha Condé, leader du Rassemblement pour la Guinée (RPG).


« Appel au calme »


Dans un climat de psychose marqué par la résurgence des violences et la menace d’une rupture de la paix sociale décrétée, au moins sur le papier, par les principaux protagonistes, le président intérimaire s’est adressé au peuple guinéen pour appeler au calme et à la retenue. « La situation nouvelle interpelle tous les acteurs de la transition qui doivent se retrouver sans délai autour du médiateur pour tirer toutes les conséquences du report », a-t-il notamment déclaré dans une déclaration solennelle à la RTG (télévision guinéenne).


Selon lui, « il y a sans doute des obstacles à venir, des erreurs d'appréciation dont il faudrait maintenant tenir compte pour couronner nos efforts et éviter à la Guinée de tomber dans une grave crise politique et sociale ». Avant de conclure : « Je constate avec un grand regret (...) que notre pays va vers l'impasse. »


Toutefois, le général Konaté appelle ainsi les deux candidats en lice Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé à « user de tout leur poids et de toute leur autorité pour appeler leurs militants au calme pour un bon déroulement de la transition ». Ce sont « en partie eux, dira t-il, qui ont désormais la responsabilité de notre destin ».

Commenter cet article