/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par les afriques

 

http://www.courrierinternational.com/files/imagecache/article/illustrations/article/2010/01/Guinee_Konate.jpg

 

Arrivé en troisième position ( 15%) lors du premier tour des élections présidentielles guinéennes, le leader de l'UFR, Sidya Touré accuse les autorités de la transition de  confisquer sa victoire par des "fraudes massives". Réactions.


Trois jours seulement après la publication officielle des résultats du premier tour,  l'adrénaline monte et empoisonne le paysage politique. Le leader de l'UFR, Sidya Touré, arrivé en troisième position ( 15%) derrière Cellou Dalein Diallo et Alpha Condé qui digère mal sa défaite du 27 juin dernier a accusé les autorités de la transition d'avoir confisqué sa victoire pour "fraudes massives". Ses partisans  vêtus de foulards rouges qui ont tenté de paralyser la ville ce lundi 05 juillet à travers une marche de protestation  ont été freinés avec des lacrymogènes à la hauteur du pont 8 novembre par les forces spéciales de sécurité. Pendant plusieurs heures, le corridor principal d'accès à l'intérieur de Conakry a été bloqué, occasionnant des embouteillages monstres. Les militants de l'ex premier ministre guinéen, Sidya Touré, ont accusé la CENI et le président, Sékouba Konaté d'avoir relégué à la troisième place leur leader, donné vainqueur. 

 

Une réunion d'urgence au parfum de crise a été convoquée in extrémis au palais présidentiel ce lundi 05 juillet par les membres du gouvernement de transition sous la conduite de Jean Marie Doré. Ce dernier, au nom du gouvernement, a rassuré le général-président, de sa disponibilité et de son  soutien aux actions menées jusque là par l'homme de Conakry pour une issue heureuse et apaisée du processus électoral en cours. "Ces actes et ces propos discourtois dont nous sommes témoins depuis hier choquent et nous obligent à vous renouveler notre confiance" a martelé le premier ministre Jean Marie Doré. 

 

Selon nos informations, le général Sékouba Konaté qui devait se rendre à l'étranger a dû surseoir à son voyage afin de prendre les dispositions idoines quant à la consolidation de l'autorité de l'Etat.

D'un ton ferme, paré dans sa tenue militaire, visiblement  "choqué" par les accusations sans fondement des partisans de Sidya Touré, le général Sékouba Konaté a avoué que sous son magistère, l'autorité de l'Etat ne sera jamais bafouée et ne tolérera pas que la crédibilité des institutions soit acerbement critiquée par des oiseaux de mauvais augure. "Soyez solidaires, vous les membres du gouvernement. L'autorité de l'Etat doit être exercée en cas de manquements et non respect à la loi" a averti le président Konaté.

 

En prélude au  second tour de la présidentielle, les états majors ont engagé des alliances. Le RPG du candidat Alpha Condé est bien lancé dans les négociations. Des dignitaires de l'ancien parti au pouvoir ( PUP) que dirige Aboubacar Somparé, ex président de l'assemblée nationale guinéenne, ont engagé des pourparlers d'alliance avec le candidat Alpha Condé. D'autres partis de l'opposition ont finalisé leur pacte d'alliance avec le RPG et attendent que le temps imparti pour la recevabilité des recours par la Cour Suprême expire pour procéder à des déclarations officielles.

Du côté du quartier général de Cellou Dalein Diallo, rien n'a filtré sur les négociations. Les informations faisant état d'un  rapprochement entre Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré et parrainé de surcroit  dit-on par un chef d'Etat de la sous-région ne nous ont pas été confirmées . Pour l'instant.

La grande inconnue reste Lanssana Kouyaté, arrivé en quatrième position. Ce dernier ne s'est pas encore déterminé. Des sources bien informées, contactées par Les Afriques, ont confirmé le voyage à destination de Paris  du président de la CENI, Ben Sékou Sylla, dont la probité a été vivement  contestée ces jours çi par certains candidats en lice.

Le président Sékouba Konaté a déjà commencé le grand ménage autour de son cabinet. Nos sources renseignent que son directeur du protocole d'état, Mounir Cissé, serait limogé ce lundi 5 juillet et que M. Tibou Kamara, secrétaire général à la présidence, dont la tête est mise à prix est sur un siège éjectable. L 'enjeu principal du second tour présidentiel se jouera sans doute dans le discours politique et la stratégie de communication des deux candidats en lice.

Commenter cet article