/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba/afp

 

Le militaire guinéen Aboubacar Sidiki Diakité dit "Toumba", en fuite depuis qu'il avait tenté de tuer l'ex-chef de la junte Moussa Dadis Camara en décembre 2009, a demandé mercredi au nouveau président guinéen Alpha Condé de favoriser son retour en Guinée.

Dans une déclaration exclusive à Radio France internationale (RFI), faite à sa propre demande, le "commandant Toumba" a déclaré: "je souhaite rentrer dans mon pays et pour cela, je demande au (père de la Nation) de me l'accorder" (cette autorisation de rentrer).

"Mon retour au pays dépend de sa décision", a-t-il dit, ajoutant: "le droit de grâce est une attribution du président de la République".

Le 3 décembre 2009, Toumba avait tenté, dans un camp militaire de Conakry, d'assassiner le président de la junte qu'il accusait de vouloir lui faire porter seul la responsabilité du massacre perpétré le 28 septembre 2009 à Conakry (157 morts).

Il n'est plus apparu en public depuis et serait réfugié dans un pays voisin.

"Est-ce-que vous êtes prêts à vous livrer à la justice guinéenne?", lui a demandé le journaliste de RFI, faisant remarquer que "pour être gracié il faut avoir été préalablement jugé et condamné".

Toumba a alors répondu: "C'est un peu difficile pour moi, tout le monde a suivi le rapport final de la commission nationale d'enquête indépendante (sur le massacre du 28 septembre 2009, ndlr) qui a incriminé seulement Toumba et les leaders politiques".

La commission guinéenne n'avait recommandé de poursuites judiciaires qu'à l'encontre d'une personne nommément citée, Toumba, et avait blanchi le N°1 de la junte, Dadis Camara.

De son côté, la commission d'enquête internationale de l'ONU avait conclu que des crimes contre l'humanité avaient été commis le 28 septembre, en pointant "une responsabilité pénale individuelle" du chef de la junte et d'autres officiers.

"Bien sûr, je ne souhaite pas être inquiété par la justice de mon pays en rentrant en Guinée", a déclaré Toumba.

Toumba avait été décrit par des témoins du massacre comme le commandant des "bérets rouges" (garde présidentielle) qui avaient tiré en rafales sur la foule et battu et arrêté les leaders de l'opposition. Il aurait lui-même brutalisé des manifestants et laissé des soldats violer des femmes sous ses yeux.

A propos de Moussa Dadis Camara, récemment sorti de sa réserve pour exprimer lui aussi le souhait de rentrer en Guinée, Toumba a simplement déclaré: "je ne suis sur le chemin de personne et celui qui est sur mon chemin me trouvera".

Après avoir été grièvement blessé par Toumba, Dadis avait été évacué vers le Maroc, puis écarté du pouvoir. Il vit depuis depuis un an à Ouagadougou.

Commenter cet article