/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

Rien ne va plus entre les autorités guinéennes et le Président du Rassemblement pour le développement intégré de la Guinée(RDIG) Jean Marc Telliano ex ministre du gouvernement du Président Alpha Condé. Ce jeudi, le président du RDIG a été empêché les autorités de l'aéroport de Conakry de prendre son vol pour se rendre à Bamako pour dit-il présenter ses condoléances à sa belle famille.

Des autorités qui selon nos sources auraient reçues des ordres du palais présidentiel de ne pas laisser l'opposant embarquer. 

Des informations confirmées par le président du RDIG, Jean Marc Telliano joint au téléphone par la rédaction de koaci.com qui d’ailleurs dans la foulée charge le Président Condé en ces termes: « Nous sommes dans une dictature avec une main noire de Alpha Condé qui est en train d'opposer l'ethnie malinké à toutes autres ethnies de notre pays... Comment les malinkés feront après Alpha Condé ?", s'interroge l’ancien mentor d’Alpha Condé qui depuis son départ du premier gouvernement d’Alpha Condé est devenu un opposant au régime de ce dernier.

A rappeler que le président du RDIG est poursuivi par la justice guinéenne pour des injures publiques à l’encontre du Président Alpha Condé. Des faits qui remontent lors de la marche pacifique de l’opposition le 27 février dernier. Une marche réprimée dans le sans par les forces de l’ordre ayant entrainée la mort de 10 morts, plusieurs blessés, d’arrestations et plusieurs dégâts matériels. Justement répondant à la question de notre reporter par rapport à sa poursuite judicaire, Jean Marc Telliano déclare : « C'est un dossier vide, c'est la même réquisition depuis le 7 mars dernier. Et, il vous souviendra que j'ai répondu librement avec mes avocats. Mais, tous les membres de la commission qui m'interrogeait était composée uniquement des gens du RPG » précise t-il avant de citer des noms des personnes proches d’après lui du parti au pouvoir. Clôturant ce chapitre Telliano ajoute : « Au moment où ils sont en train de m'interroger et me demander même de ne pas faire des déclarations et des discours publics, ils sont en train de battre campagne dans mes fiefs et me dénigrer » regrette l’ancien ministre de l’agriculture.

Commenter cet article