GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Guinée: un PM sans honneur et des vieux sans conscience!

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/6/68/Homme_soninke.jpg/280px-Homme_soninke.jpg

 

Pourquoi le Premier ministre Jean Marie Doré veut-il à tout prix prendre le contrôle de l’organisation du second tour présidentiel ?

Les raisons sont à la fois politiques et financières.

Dès le début Jean Marie Doré n’a jamais caché sa volonté de rendre la transition interminable en Guinée, inspiré par le cas ivoirien.

La proposition d’Alpha Condé de maintenir Jean Marie Doré à la primature si c’est lui qui devient président après le second tour et l’enjeu financier de l’organisation du second tour motivent le vieux Doré à être l’arbitre de la situation et influencer les résultats comme cela a toujours été le cas auparavant dans notre pays. Au mépris de la constitution, parce qu’heureusement le CNT avait été vigilant en soulignant l’indépendance de la Ceni dans les textes.

Qu’est-ce que nous (guineepresse.info) n’avons pas fait pour prévenir les forces vives et la classe politique guinéenne contre le vieux Doré quand il s’agissait de choisir un PM de transition dans une phase aussi délicate de notre pays ?

Le choix du plus faux et fourbe des forces vives, Jean Marie Doré, par Alpha Condé en course pour la présidence n’était qu’une stratégie de conquête du pouvoir sur laquelle nous avons attiré l’attention des partis et de la société civile qui revendiquaient un homme politiquement neutre à ce poste. Ils ont laissé faire sans penser aux conséquences que cela pourraient avoir sur notre pays. Aujourd’hui, le vieux Doré a non seulement saboté la transition, dilapidé nos ressources mais il ne veut plus quitter la primature.  Il n’a donc que deux choix : rendre la transition interminable ou faire d’Alpha Condé le futur président. Il joue les deux cartes et, paradoxalement, même le parti concurrentiel UFDG ne demande pas son limogeage qui débloquerait la situation!

L’une des raisons évoquées par le PM Doré pour chercher à renvoyer le second tour aux calendes grecques est le manque d’argent. Le gouvernement n’a non seulement pas  été capable d’honorer sa part de financement mais il n’a pas encore restitué à la Ceni les deux milliards qu’il a soustraits de l’enveloppe initiale mobilisée auprès des partenaires internationaux pour l’organisation de l’élection présidentielle. Aujourd’hui, la transition est sur le point d’échouer et le pays exposé à tous les risques de violences et de désintégration à cause de 74 milliards de FG.

Le gouvernement fait du chantage pour obtenir plus d’argent de la communauté internationale qui manifeste des soucis pour la Guinée. Cependant, ce même gouvernement de transition a versé 760 milliards de FG à l’homme d’affaires KPC à travers des marchés passés de gré à gré ces 5 derniers mois. La plupart des projets sont payés à 100% à l’avance alors qu’ils ne sont pas encore entamés. Le premier marché fut celui du camp boiro, jusque-là non livré. Cela n’a pas empêché que le gouvernement qui se dit incapable de verser 74 milliards à la Ceni lui cède de nouveaux projets en payant par avance à 100%! Depuis le début, c’est 1300 milliards de FG que le gouvernement a ainsi versé à KPC (qui se trouve sur la liste des sanctions des donateurs) pour un pléthore de projets, tous passés de gré à gré et non réalisés !

Pour toutes ces raisons, nous demandons que les financements qui seront mobilisés pour le second tour soient directement versés à la Ceni sous le contrôle explicit du CNT.

Jean Marie Doré et son gouvernement doivent être traduits en justice pour s’expliquer sur tous ces décaissements illicites et inopportuns qui ont vidé les caisses de l’Etat et privé la Ceni des ressources nécessaires pour organiser le second tour. Nous le rappelleront au prochain gouvernement. Car la méthode est connue: on verse l’argent à KPC qui, à son tour, donne aux décideurs leur part. Le prochain gouvernement légitime et issu des élections doit saisir cette occasion de flagrant délit pour mettre définitivement fin à ces pratiques et restituer à l’Etat ses fonds.

 

Des vieux inconscients qui poussent à la haine et à la violence ethnique en Guinée

A travers le pays et au centre de Conakry, circulent des écrits d’injures et de menaces de mort contre Sidiya Touré, Abé Sylla et d’autres leaders qui ont fait alliance avec l’UFDG dont le président n’a autre tort que d’être peul. A la surprise de beaucoup de gens, ce sont des vieux malinkés dits sages qui sont à l’origine de ces incitations à la haine et à la division ethnique en Guinée. Ils ne se limitent plus à des démarches de salons pour prôner l’ethnocentrisme et créer les risques de conflits ethniques en Guinée. Ils font même des communiqués pour mettre en garde tout leader malinké qui ne s’alignerait pas derrière Alpha Condé considéré comme malinké. Malheureusement, beaucoup d’intellectuels malinkés et même Lansana Kouyaté tombent dans le piège diabolique de ces vieux analphabètes à la barbiche de bouc qui se promènent et vont à la mosquée en Pyjama marocain. Ces vieux-là sont les auteurs du système « An gbansan ne », c'est-à-dire, c’est nous seuls. C’est eux qui ont poussé le Colonel Diarra Traoré à renverser son ami Conté pour restituer le pouvoir malinké en Guinée. A sa première visite à Kankan en tant que Premier ministre et chef de gouvernement, les vieux malinkés n’ont cessé de le sermonner pour avoir laissé le pouvoir à un soussou. La plupart de ceux qui le saluaient répétaient sans cesse:

« N’Dé ti fola. I mii la bara kè ».

C'est-à-dire, moi je ne veux pas te saluer parce que tu n’as pas fait ton travail. On connait la suite.

Aujourd’hui, en cherchant à obtenir le tout sauf un peul, ces mêmes vieux finissent par conduire à la situation du Malinké contre tous en Guinée. Faisons attention ! Ce n’est parce que le premier président du pays était malinké que le pouvoir devient un héritage réservé à cette ethnie.


Namory Condé

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article